Archives de catégorie : Norman Ajari

Une enquête sur le concept de dignité dans la pensée noire ne saurait faire l’économie d’une réflexion sur la place de la théologie. Pourtant, la légitimité d’une telle entreprise ne va pas de soi. Le principal obstacle qui s’y oppose … Continuer la lecture

Lire la suite...
Publié dans Actualités, Actus PIR, Archives, Norman Ajari | Laisser un commentaire

En 1985, les théoriciens politiques Ernesto Laclau et Chantal Mouffe font paraître la première édition d’un ouvrage qui fera date : Hégémonie et Stratégie socialiste. L’objectif explicite de ce texte est de rompre avec le type de raisonnement et de programme … Continuer la lecture

Lire la suite...
Publié dans Actualités, Actus PIR, Archives, Norman Ajari | Laisser un commentaire

Des formules telles que « pensée décoloniale » ou « antiracisme politique » sont d’un usage relativement récent dans l’espace public français, puisqu’elles sont aujourd’hui âgées d’environ une décennie. Toutefois, ce à quoi elles font référence, l’attitude politique et intellectuelle qu’elles désignent, sont beaucoup … Continuer la lecture

Lire la suite...
Publié dans Actualités, Actus PIR, Archives, Norman Ajari | Laisser un commentaire

De nombreux activistes ou membres d’ONG connaissaient de longue date l’existence d’un trafic d’esclaves subsahariens dans la Libye actuelle. Ce qui a changé avec la diffusion d’un reportage par CNN le 13 novembre 2017, c’est que personne n’a plus la … Continuer la lecture

Lire la suite...
Publié dans Actualités, Actus PIR, Archives, Norman Ajari | Laisser un commentaire

L’essentialisme n’appauvrit pas le monde ; il l’enrichit. Pour la quasi-totalité du camp politique progressiste, pourtant, cette idée relève du scandale. On y tolère parfois, selon la formule de la théoricienne indienne Gayatri Spivak, l’hypothèse d’un « essentialisme stratégique ». Ainsi, une essence peut-être revendiquée politiquement, certes, mais à condition qu’elle ait peu de contenu, et que ceux qui la revendiquent n’y croient pas trop fort. Ce tiède compromis a fait long feu. L’essentialisme a trop longtemps été vu comme une substance toxique, qu’il faudrait manipuler avec précaution. À cet égard, nos réticences sont des renoncements. Sadri Khiari indique une porte de sortie à ce statu quo en analysant ainsi les positions de Malcolm X : « le pouvoir noir afro-américain que vise à établir Malcolm se forge ainsi au croisement de l’espace américain, largement hostile, et de l’espace mondial où se déploie la puissance africaine »[1]. Comment envisager ce lien politique international entre l’Afrique et sa diaspora sans la supposition d’une essence historique commune ?

Lire la suite...
Publié dans Actualités, Archives, Norman Ajari | Laisser un commentaire

La notion de génocide, et le souvenir des crimes de masse, occupent une place centrale dans l’imaginaire politique de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle. Toutefois, contrairement à ce que l’on suppose parfois, cette importance ne procède pas d’un effet de sidération immédiate qu’aurait pu produire la destruction des Juifs d’Europe et leur internement inhumain dans les camps, lorsque ces faits furent révélés au grand public. Paru en 1947, le chef d’œuvre de la littérature concentrationnaire Si c’est un homme de Primo Levi passe d’abord à peu près inaperçu. Les rares intellectuels qui, comme Hannah Arendt, Theodor Adorno et Max Horkheimer, portent leur attention sur ces événements dans l’immédiat après-guerre les situent dans la continuité d’autres formes de violence sociale : capitalisme, impérialisme colonial, etc. Pour comprendre ce que l’obsession (européocentriste) qu’affiche notre époque à l’égard de la notion de génocide a de trompeur et de problématique vis-à-vis de l’impératif décolonial de libération de formes politiques et d’imaginaires non occidentaux, il importe d’en identifier la source – c’est-à-dire le processus de sa fabrication.

Lire la suite...
Publié dans Actualités, Archives, Norman Ajari | Laisser un commentaire

« Racisme et culture » est le titre d’une conférence que Fanon donna en 1956, à Paris, pour le premier Congrès des écrivains et artistes noirs. Ce texte est important à au moins deux titres. En premier lieu, du point de vue de l’évolution l’œuvre de Fanon, c’est un pont entre, d’une part, la question de l’expérience raciale vécue telle que la soulevait Peau noire, masques blancs et, de l’autre, l’analyse de la violence coloniale qui commence à se déployer dans L’An V de la révolution algérienne. Cette situation intermédiaire de « Racisme et culture » explique le second (et plus important) intérêt de ce texte. En effet, Fanon y élabore une définition novatrice du racisme qui évite plusieurs écueils. Il se préserve, en effet, d’une définition morale du racisme, selon laquelle il serait affaire de décision individuelle. Mais il ne souscrit pas non plus aux analyses trop commodes qui s’y attaquent comme à une « pathologie sociale » ; il est, aux yeux de Fanon, un symptôme bien plus qu’une maladie. Ou, pour être plus précis, le racisme est l’état normal de toute société coloniale ; et une telle société ne peut que se mentir à elle-même lorsqu’elle déclare vouloir se soigner de son racisme sans se préoccuper de se débarrasser avant tout de la colonialité qui la définit profondément.

Lire la suite...
Publié dans Actualités, Archives, Norman Ajari | Laisser un commentaire

Étrange et fascinant volume que ces Écrits sur l’aliénation et la liberté de Frantz Fanon que, sous la direction de Jean Khalfa et de Robert J.C. Young, font paraître les éditions La Découverte. Étrange d’abord, car foisonnant, labyrinthique, presque excessif dans sa générosité : non seulement ce recueil dévoile tous les inédits et introuvables de Fanon connus à ce jour (sans aucune restriction de statut, de période, d’état d’achèvement, etc.) mais encore s’y ajoutent des documents aussi intrigants pour le chercheur ou l’érudit décolonial que la liste détaillée d’une part significative de sa bibliothèque (agrémentée d’indications sur les annotations marginales que Fanon inscrivit dans les livres qui l’ont marqué) ou encore le résumé détaillé d’un cours qu’il donna à l’université de Tunis.

Lire la suite...
Publié dans Actualités, Archives, Norman Ajari | Laisser un commentaire

Paru dans le dernier numéro de la revue Vacarme, l’article « Pour une approche matérialiste de la question raciale » prétendait dérisoirement faire le procès des thèses défendues par le PIR en l’accusant notamment d’antisémitisme. Pour répondre à ces attaques, nous avons souhaité exercer notre droit de réponse de manière claire et argumentée. La rédaction de Vacarme a décidé de verrouiller le débat en refusant de publier ce texte.

Lire la suite...
Publié dans Actualités, Actus PIR, Archives, Norman Ajari | Laisser un commentaire