Stop au PIR bashing ! Soutien à l’antiracisme politique

Une véritable campagne médiatique est actuellement menée contre Houria Bouteldja et le Parti des Indigènes de la République. Elle touche aussi les cadres politiques, militants et intellectuels non Blancs, soupçonnés d’une quelconque implication dans les combats de l’antiracisme politique, la gauche solidaire de ces combats et celles et ceux qui ont très courageusement défendu le droit à l’expression de Houria Bouteldja et leur refus de la désinformation, même sans forcément partager les thèses du PIR.

Une série d’articles dans le Monde, le Figaro et Marianne présente la porte-parole du Parti des Indigènes de la République comme raciste, homophobe et antisémite. Aucun propos, ni écrit de Houria Bouteldja ne vient corroborer ces très graves accusations. Les thèses défendues par Houria Bouteldja sont escamotées ou déformées. Des propos outranciers lui sont prêtés pour créer les conditions d’une hystérisation du débat et instruire un procès en sorcellerie.

De fait, la plupart des auteurs de ces diatribes savent parfaitement que Houria Bouteldja n’est ni raciste, ni homophobe, ni antisémite. Pourquoi veulent-ils la faire taire ? Que dit-elle qui les touche à ce point, même et surtout quand ils veulent faire croire qu’ils combattent l’ordre établi ? Le regard qu’elle porte sur les réalités françaises est loin des narrations consensuelles et lénifiantes que ces propagandistes veulent faire passer pour vérités révélées.

En effet, au plan intérieur, le climat délétère instillé par le discours islamophobe de politiques irresponsables et par la gestion raciste des catégories populaires issues des anciennes colonies alimentent des tensions sociales croissantes.

Au plan extérieur, la permanence des réseaux de la Françafrique et des interventions militaires sur le continent témoignent de la vitalité du tropisme néocolonial d’Etat. La complaisance dont fait preuve la République devant les violations systématiques du droit international par l’Etat d’Israël alimente l’indignation d’une partie de la population française dont on aurait tort de penser qu’elle se limite aux musulmans ou aux citoyens d’origine arabe. Au contraire de ce que veulent faire croire des publicistes chargés de brouiller les enjeux, le soutien au peuple palestinien ne signifie aucunement l’adhésion à l’idéologie antisémite qu’on brandit uniquement pour justifier l’injustifiable.

Ces attaques répétées, relayées par les organes du pouvoir médiatico-politique et l’extrême-droite, proviennent d’une certaine gauche institutionnelle qui se présente comme « progressiste ». Il s’agit d’attaques concertées et coordonnées qui, à quelques nuances près, reproduisent la même trame narrative, en se passant les mots et les formules préfabriquées.

La stratégie assumée consiste à opposer un antiracisme « universaliste » et « humaniste » à celui du PIR, assimilé à une dérive identitaire qui ne serait que le miroir inversé de l’extrême-droite. En réalité, ce qu’ils ne pardonnent pas au PIR, c’est justement d’avoir mis en évidence l’étendue politique du racisme structurel de l’extrême-droite à l’extrême-gauche et donc d’avoir objectivé les hiérarchies raciales installées au cœur de la République, des institutions et de la société françaises comme des rapports de lutte à part entière. La dénonciation du prétendu « essentialisme » du PIR qui tomberait dans le piège de l’assignation raciale, dont se nourrirait précisément le racisme, ne fait justement que révéler leur malaise face aux luttes de l’antiracisme politique qui bousculent ces hiérarchies, étant donné que leur prétendu « universalisme » en est le gardien. La question sociale, voire la lutte des classes quand ils osent encore prononcer ce gros mot du bout des lèvres, n’est pour eux qu’un alibi qui consiste à nier le caractère irréductiblement social des combats de l’antiracisme politique. Si on observe l’empressement avec lequel les appareils médiatico-politiques et l’extrême-droite relaient leurs attaques, il n’est pas difficile de constater de quel côté ceux-ci redoutent que se développent les luttes structurelles ; et de quel côté, ils se sont trouvés une caution.

Il existe, en tout cas, un paradoxe entre le caractère insignifiant que les attaques attribuent unanimement au PIR, comme « groupuscule sans assises populaires », et leur coordination et violence, dont le projet certain est d’être vite suppléées par une répression d’Etat, fût-elle ultralibérale ou fasciste, dans le contexte autoritaire qui se dessine déjà et auquel on propose donc Houria Bouteldja et le PIR comme cible de choix.

La raison en est simple. Les instigateurs de cette campagne et les centres de pouvoir sont inquiets de la montée de l’alternative décoloniale, liée à la présence critique ou du moins pas suffisamment docile de non-Blancs dans de nombreux espaces sociaux et dans le paysage politique ; à ses luttes collectives et aux diverses expressions de protestation des populations issues de l’immigration ; et même du poids de son vote, quand il se reporte sur des candidats des quartiers populaires, indépendants ou émergeants, qui font trembler les politiciens  représentatifs de l’hégémonie national-républicaine et dérèglent ses mécanismes clientélistes. Tout ceci qu’ils appellent le « communautarisme », parce qu’il met en péril leurs privilèges, leur dispute aussi le monopole de la production de sens. Or, de ce point de vue, l’antiracisme politique porte des coups incontestables. Ces coups sont bien entendu considérés, par les thuriféraires de l’ordre établi et ses sous-traitants « rebelles », comme hautement dangereux dans ce contexte-là.

Bref, les attaques sont l’expression de cette panique-là, tout-à-fait identitaire, même si elle se donne un masque lisse, dont le but ultime n’est pas seulement de censurer Houria Bouteldja et le PIR mais toute parole dissonante issue de l’immigration et toute expression de solidarité avec elle, c’est-à-dire d’empêcher que le consensus national-républicain, faussement universaliste, soit brisé, que les luttes structurelles se développent et qu’une majorité nouvelle émerge. Il s’agit de soumettre à l’injonction de ce consensus, comme on exige de Danièle Obono qu’elle crie « Vive la France ! »

C’est parce qu’Houria Bouteldja ne s’est pas pliée à cette injonction qu’on veut l’éliminer du débat public. Aujourd’hui, c’est elle. Demain ? Dès lors, il est impératif de s’unir contre ces attaques, en les dénonçant pour ce qu’elles sont : l’avant-garde d’une nouvelle vague ultraréactionnaire qui, sous un vocable « progressiste », un antiracisme d’apparat et une notion hégémoniste de l’élément « populaire », défend ses privilèges de race et de classe, en préparant le terrain à un déchaînement de violence bien plus concret encore.

 

Premiers signataires :

 

Raphaël Confiant, professeur des universités (Université des Antilles)/écrivain (Martinique)

Mireille Fanon Mendes France, experte ONU et Fondation Frantz Fanon

François Gèze, éditeur

Maboula Soumahoro, Maîtresse de conférences, Bennington College et Columbia University

Didier Lestrade, journaliste, écrivain

Omar Slaouti, militant antiraciste

Patrick Thevenin, journaliste

Stephen Suffern, avocat aux barreaux de Paris et de New-York

Annick Coupé, syndicaliste

Malik-Tahar Chaouch, chercheur, Universidad Veracruzana (Mexique)

Omar Benderra, militant associatif

Suzy Sorel, Chef d’entreprise (Martinique)

Danik Zandwonis, directeur de caribcreolenews.com  (Guadeloupe)

Pierre Carpentier, naviguant (Guyane).

Dominique Boisdron, docteur en sciences de l’Education (Guyane)

Madjid Rouar, militant politique

Salima Mellah, militante associative
Boualem Hamadache, militant associatif

Hassane Mezine, photographe

Thierry Mathiasin, enseignant (Guadeloupe)

Marwan Andaloussi, journaliste

Raphaël Constant, avocat (Martinique)

Mehdi Derfoufi, enseignant chercheur

Ali El Baz, militant de l’immigration

Steve Gadet, Enseignant-chercheur (Université des Antilles), militant et rappeur (Guadeloupe)

Sihame Assbague, journaliste et militante

Saadane Sadgui, co-fondateur des JALB et du MIB

Nordine Saïdi, Bruxelles Panthères

Mayanthi Fernando, Maître de conférences, Univesity of California, Santa Cruz

Ghazi Hidouci, ancien ministre

Mohamed Hocine, Mantes-la-Jolie.

Julien SERGERE, Enseignant Lettres-Histoire (Guadeloupe)

Dominique Natanson, co-président de l’UJFP
Jean Claude Meyer, membre du BN de l’UJFP

Ismahane Chouder, CFPE

Sam Bourcier, université Lille 3

Michel Ouaknine, ingénieur, militant antiraciste

Sonia Fayman, UJFP et IJAN

José-Luis Moraguès, militant antiraciste

Georges Gumpel, membre de l’UJFP

Alain Gresh, journaliste

Alima boumediene thiery, Avocate
Monique  Lellouche, militante antiraciste

Mohamed Hocine, Cofondateur du MIB et du Comité contre la double peine

Michelle Guerci, journaliste

Monique Crinon, militante féministe

SANCHEZ Maximilien, Conseiller Municipal délégué à la Jeunesse de Gentilly

Christine Delphy, militante féministe

Alice Dula, militante féministe

M’Baïreh LISETTE, Consultant

Ce contenu a été publié dans Actualités, Archives. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.