Fraternité

Mohieddine Cherbib, Président de la FTCR, victime de la dictature de Ben Ali

arton286

Mohieddine Cherbib, président de la Fédération des Tunisiens citoyens des deux rives (FTCR), une association qui depuis de longues années agit pour améliorer la situation des immigrés en France, a été condamné à deux ans de prison par contumace par la « justice » tunisienne dans le cadre de la parodie de procès des militants de Gafsa. Le MIR exprime toute sa solidarité à notre frère Mohieddine ainsi qu’à tous ceux qui ont été injustement condamnés. Ci-dessous un communiqué de la FTCR.

VERDICT DU PROCES INIQUE DU BASSIN MINIER DE GAFSA

PARODIE DE JUSTICE, BRUTALITES ET LOURDES PEINES

Le verdict du dernier procès du bassin minier vient de tomber. La parodie de
justice est parachevée nous sommes consterné par les peines prononcées
contre les accusés. Une fois de plus, les juges apparaissent comme la main
lourde d’un pouvoir décidé à faire un exemple, à sévir et à terroriser
toute une population.

Il faut chercher dans les archives noires des régimes les plus autoritaires
pour trouver des peines allant de deux à dix ans de prison, sans audition ni
plaidoiries, contre des militants « coupables » d’avoir des droits et
d’avoir manifesté pour les revendiquer.

La condamnation de Mohieddine Cherbib, président de la FTCR, à deux ans de
prison ferme alors qu’il se trouvait à des milliers de km du bassin minier
confirme, jusqu’à la caricature (sinistre en l’occurrence) la volonté du
pouvoir de criminaliser toute forme de solidarité, et où qu’elle soit.

Mohieddine « paye » aussi son obstination, celle de son association, à
demeurer indépendant et à toujours soutenir les luttes démocratiques en
Tunisie.
Tout en réaffirmant notre solidarité avec tous les condamnés, nous appelons
tous les démocrates à se mobiliser quant à ce nouveau forfait du régime de
Ben Ali.

Paris le 12 décembre 2008

Le bureau fédéral de la FTCR

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.