Oui

Eélections au Liban et en Iran : qui est démocrate ?

arton618

Les élections libanaises se sont donc terminées par la défaite du Hezbollah (musulman chiite) et de son allié chrétien, le général Michel Aoun. Le camp pro-occidental mené par Saad Hariri (musulman sunnite) et ses alliés chrétiens ont donc gagné. Il ne s’agit pas d’une victoire écrasante, mais les chiffres sont là. 68 élus pour Hariri sur 128 sièges contre 57 pour Nasrallah et Aoun.

Comment a réagi le Hezbollah, parti que l’on dit extrémiste, voire terroriste ? Est-il descendu dans la rue ? A-t-il organisé des barrages de pneus enflammés et a-t-il fait assiéger le parlement par ses partisans ? A-t-il seulement contesté la victoire du camp adverse ?

Pas le moins du monde !

Le Cheick Hassan Nassrallah, leader du Hezbollah a adressé ses félicitations à Harriri et la télévision du Hezbollah, Al-Manar, a même retransmis en direct l’intégralité du discours prononcé par Harriri juste après le verdict des urnes.

Evidemment, aucun des grands medias occidentaux qui d’ordinaire passent leur temps à diaboliser le « Parti de Dieu » n’a salué cette attitude profondément démocratique. Motus et bouche cousue ! Pourtant, il y avait de quoi contester une élection au cours de laquelle des millions de dollars américains furent distribués par le camp Harriri dans les quartiers populaires sunnites, sans compter le véritablement bombardement médiatique auquel fut soumis le Hezbollah non seulement par les chaines yankees comme CNN, mais aussi par les chaînes satellitaires arabes inféodées à l’Arabie Séoudite, grand allié de Harriri.

Qui peut croire une seule seconde que s’ils n’avaient pas accepté le résultat des urnes, le Hezbollah n’aurait pas réduit en bouillie la médiocre armée libanaise et les milices maronites ? Armée et milices qui n’ont jamais tiré un seul coup de fusil contre Israël, préférant tourner leurs armes contre le peuple libanais ou contre les réfugiés palestiniens.. L’Occident nous bassine avec l’attentat qui a tué Rafik Harriri, le père de Saad, mais il a déjà oublié Sabra et Chatila, cette monstrueuse opération israélo-maronite au cours de laquelle plusieurs centaines de Palestiniens, dont beaucoup de femmes et d’enfants, furent massacrés. Donc s’ils l’avaient voulu, les combattants du Hezbollah qui ont brisé les reins à Tsahal, la puissante armée sioniste, n’auraient fait qu’une bouchée de ces lâches qui entourent Harriri s’il l’avait voulu. Mais ils ne l’ont pas voulu justement ! Ils ont respecté le résultat des urnes.

Le plus comique dans tout cela, c’est que loin de louer l’esprit démocratique du Hezbollah, la presse occidentale écrit de manière unanime que Harriri est désormais confronté au « gros problème du désarmement du Hezbollah » !!! On croit rêver. Le Hezbollah, avec les combattants chrétiens du général Aoun, sont la seule force à s’opposer depuis deux décennies aux attaques israéliennes contre le Liban. La seule à défendre l’intégrité territoriale du pays. Mieux : jamais les combattants de Hassan Nassrallah n’ont retourné leurs armes contre les chrétiens libanais. Jamais ! Ce qui explique qu’une partie du camp chrétien, celui d’Aoun, soit l’allié du Hezbollah. Leurs armes, ils les ont toujours utilisées contre l’envahisseur sioniste, point à la ligne. Et voici que l’Occident voudrait qu’Harriri et sa bande de traitres « désarment » ce qui fait l’honneur du Liban !!!

Qu’ils essayent donc !

En Iran, par contre, le camp pro-occidental a été défait et largement défait. Mahmoud Ahmadinejad a, en effet, été réélu avec 62,6% des voix. Aussitôt, des hordes de partisans du candidat pro-occidental, Moussavi, ont investi les rues de Téhéran, criant à la fraude et déclenchant des émeutes dans plusieurs quartiers, ce qui a contraint la police à réagir et à arrêter une soixantaine de meneurs. Attitude diamétralement opposée donc à celle du Hezbollah libanais, parti soi disant extrémiste ! Or, même les medias occidentaux ont été obligés de reconnaître que cette campagne électorale fut tout ce qu’il y avait de plus libre, les quatre candidats en lice n’hésitant pas à dénoncer les turpitudes supposées des uns et des autres, à brandir de supposées preuves de leur dires dans les meetings ou à la télé, la campagne s’achevant par un duel télévisé entre les deux principaux candidats, Ahmadinedjad et Moussavi, dans la pure tradition…occidentale.

Il faut préciser qu’Ahmadinedjad n’avait pas contre lui le seul Moussavi, mais tous les medias et services secrets occidentaux (CIA, Mossad et autres), mobilisés comme un seul homme pour faire chuter celui qu’ils présentent comme un tyran et un futur fauteur de guerre nucléaire. Là, comme au Liban, des millions de dollars ont été distribués, des campagnes de désinformation auprès des minorités ethniques (les Azéris notamment qui constituent 20% de la population) ont été orchestrées, des attentats non revendiqués ont même été organisés dans certaines provinces. Tout a donc été tenté pour éliminer Ahmadinedjad, mais le peuple iranien a répondu massivement OUI à ce dernier. Qu’il y ait eu ici ou là quelques fraudes, et alors ? Quel pays n’en a pas ? Jacques Médecin à Nice ou Jean Tibéri à Paris, c’étaient des enfants de chœur peut-être ? Mais frauder en grand dans un pays où il y a 46 millions d’électeurs est matériellement impossible et ça, les medias occidentaux le savent pertinemment. Même avec 10% de fraude, ce qui est très improbable, Ahmadinejad, sort quand même vainqueur avec 52,6% !

Quelles leçons faut-il tirer de ce qui vient de se passer au Liban et en Iran ?

Que nous sommes victimes d’une entreprise de désinformation massive de la part des medias occidentaux, d’un véritable lavage de cerveau, visant à diaboliser tous ceux qui, dans les pays du Sud, s’opposent à l’impérialisme. Que les intellectuels occidentaux, pour la plupart, sont complices, grimés en donneurs-de-leçons-de-droits-de-l’homme, de ce qui relève purement et simplement de l’escroquerie intellectuelle. Mais plus grave : dans les pays du Sud même, une grande partie de l’intelligentsia, y compris en Martinique et en Guadeloupe, sont les porteurs d’eau de cette entreprise.

Ceci dit, ni Hassan Nassrallah ni Mahmoud Ahmadinedjad ne sont des anges et sans doute commettent-ils des erreurs ou des injustices. Mais Sarkozy, Merkel, Obama et Brown sont-ils des anges ? En quel pays y a-t-il un gouvernement entièrement juste et bon ?

Mais au moins, tout comme Hugo Chavez et Evo Morales, Nassrallah et Ahmadinejad s’opposent-ils à la tentative de recolonisation du monde opérée par les Euro-Américains depuis deux décennies…

Raphaël CONFIANT

28 juin 2009

http://www.montraykreyol.org/spip.php?article2710

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.