Le 2 avril, conférence...

Avec Houria Bouteldja

arton482

Qu’est-ce qu’ont en commun la crise des banlieues, le foulard islamique, la délinquance des mineurs, les retentissements hexagonaux des conflits au Moyen-Orient, les débats sur la mémoire et l’histoire à propos de l’esclavage ou du colonialisme ?

En un sens, rien, les occasions sont différentes, voire très éloignées, les problèmes, sans commune mesure, les questions posées ne sont pas du même ordre. Pourtant, une même grille de lecture s’impose, qui organise la présentation des choses, scande le discours médiatique, structure les catégories intellectuelles en reconduisant sans cesse la même polarité : « eux » et « nous ».

Entre réprobation et injonctions, les jeunes et moins jeunes issus des immigrations post-coloniales sont ainsi érigés en fauteurs de troubles, voire en ennemis, et convoqués afin de réassurer une identité nationale républicaine. Ce clivage invite ainsi à reposer la question : qu’est-ce qui fonde une communauté politique ?

Jeu 2 avr (19h-21h)
Amphithéâtre 45 B, Université Paris 6-Pierre et Marie Curie, 4 place Jussieu, 75005 Paris

Joël Roman, philosophe, directeur de la collection « Pluriel » (Hachette Littératures).

Discutante :
Houria Bouteldja, porte parole du MIR (Mouvement des Indigènes de la République).

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.