Piqûre de rappel

Anthologie d’islamophobie

arton1127

« Deux millions de musulmans en France, ce sont deux millions d’intégristes potentiels. »
Pierre-André Taguieff
(chercheur au CNRS), France Inter, 1997

« Avoir des Polonais, des Italiens, des Portugais, pose moins de problèmes qu’avoir des Noirs ou des musulmans. »
Jacques Chirac,
Le Monde, 21/06/1991

« Au lieu de contribuer au progrès de l’humanité, (les fils d’Allah) passent leur temps avec le derrière en l’air à prier cinq fois par jour (…) Ils se multiplient comme des rats (…) Il y a quelque chose, dans les hommes arabes, qui dégoûte les femmes de bon goût. »
Oriana Fallaci , (écrivain),
La rage et l’orgueil, Plon, 2003

« Oriana Fallaci a l’insigne mérite de ne pas se laisser intimider par le mensonge vertueux. Elle met les pieds dans le plat, elle s’efforce de regarder la réalité en face. »
Alain Finkielkraut,
(philosophe), Le Point, 24 mai 2002

« Fallaci vise juste, même si elle peut choquer par certaines formules. »
Pierre-André Taguieff,
Actualité juive, 20 juin 2002.

« Oriana Fallaci fait preuve de courage intellectuel. (…) Elle ne proteste pas seulement contre l’islamisme assassin. (…) Elle proteste aussi contre la dénégation qui a cours dans l’opinion européenne, qu’elle soit italienne ou française par exemple. On ne veut pas voir ni condamner clairement le fait que c’est l’islam qui part en croisade contre l’Occident et non pas l’inverse. »
Robert Misrahi,
(philosophe), Charlie Hebdo, nov. 2002

« Il n’y a pas d’assimilation des musulmans, ça n’existe pas, sauf en quantité infinitésimale. »
Yves Guna (RPR),
Le choc du mois, mars 1992

« Le voile est une opération terroriste. (…) En France, les lycéennes savent que leur voile est tâché de sang. (…) Dans nos écoles, question d’honneur, on n’enseigne pas à des élèves en uniforme. Sauf au temps du nazisme. »
André Glucksmann,
(philosophe), L’Express, 17/11/1994

« La démission devant le foulard islamique est une démission devant l’obscurantisme islamiste. (…) L’horreur algérienne témoigne, s’il en était besoin, que la barbarie au nom de Dieu constitue l’autre menace contre la République. Un fascisme peut en cacher un autre. »
Jacques Tarnero,
(CNRS), Hommes et migrations, mai 1997.

« Inversez les deux voyelles, et dans voile, vous trouverez viol. En dissimulant ostensiblement le sexe au regard, fût-ce sous la forme symbolique de la chevelure, vous le désignez à l’attention ; en enfermant le corps féminin, vous le condamnez à subir l’effraction. (…) Toutes les coquettes le savent bien aussi, qui font de la comédie de la dissimulation la forme la plus raffinée de l’exhibitionnisme. »
Jacques Julliard,
Le Nouvel Observateur, 16/09/2003

« On ne peut guère contester que le foulard islamique soit devenu en France l’emblème et le drapeau du système qui sévit actuellement à Téhéran et dans les maquis islamistes d’Algérie et d’Égypte (…). En bonne logique républicaine, ce système devrait inspirer le même degré de répulsion qu’inspiraient aux meilleurs éléments de notre peuple il y a un demi-siècle les variétés diverses du fascisme. »
Maurice Agulhon,
professeur au Collège de France

« Ce que la France doit à ses hôtes immigrés, ce sont les bienfaits de la culture française. »
Jacques Julliard,
Le Nouvel Observateur,16/09/2003

« Le foulard est aussi une manière de dire aux professeurs : il y a quelque chose pour nous qui compte davantage que la culture que vous nous enseignez. Il y a, dans le foulard, un mélange de soumission des femmes et d’arrogance qui est une insulte à l’enseignement. Mais l’école est aussi un espace sacré. Devant la culture, on s’incline, on baisse la tête. »
Alain Finkielkraut,
L’Arche, juin-juillet 2003

« Le débat surréaliste actuel sur le foulard, véritable étendard de l’islamisme politique, la mise en cause de la laïcité française ne doivent pas faire perdre de vue qu’il s’agit là pour la France et les Français de refuser et de résister à l’implantation sur notre territoire d’une idéologie dangereuse, perverse et surtout mortelle pour la République. »
Collectif de « l’appel de mai »,
Marianne, 05/05/03

« On connaît l’histoire vraie, devenue blague, où une Française se fait draguer par un Arabe, atmosphère plutôt sympa, mais au dernier moment elle ne veut plus coucher avec, elle n’est pas amoureuse ; et il lui lance : “tu es raciste !” (…) Or, ce qui s’est passé entre la France et l’islam, c’est qu’ “ elle” a accepté de coucher avec “lui”, qu’au fond ce n’était pas si désagréable, mais qu’après il l’a mise enceinte, puis l’a forcée à l’épouser, il la serre de près… Et, à un moment, elle veut dire stop et même revenir un peu sur ce qu’elle a donné. C’est le sens de cette “fermeté sur le voile” soudain revenue. »
Daniel Sibony,
psychanalyste, Marianne, 05/05/03

« L’affaire du voile est un symptôme parmi d’autres de la grande confusion qui règne sur les esprits (…) La régression a lieu sous l’effet conjugué d’un individualisme mal compris : chacun est libre dans notre système libéralo-libertaire. Libre tout seul ? Toutes ces libertés additionnées, ça donne quoi ? La grande chienlit ? »
Anne Vigerie et Anne Zelensky,
Le Monde, 29/05/2003

« Nous voici sommés de faire une place au foulard islamique dans l’école républicaine, de nous arranger des mariages arrangés et de plaider en guise d’idylle multicolore pour la banlieue universelle où tous les jeunes porteront leur casquette à l’envers et parleront une langue dévastée. »
Alain Finkielkraut,
Le Point, 24/05/02

SOURCE : CQFD

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.