Bon en arrière

Vers la ségrégation républicaine

arton859

Au cours du XXe siècle, les Noirs des Etats-Unis ont continué leur combat contre la domination raciale et obtenu l’arrêt d’une partie des politiques de ségrégation. La ségrégation a ainsi pu cesser, du moins officiellement, dans les transports, l’administration, l’école, les hôpitaux, les services publics. En ce début de XXIe siècle, la France remet en application la ségrégation dans les transports, l’administration, l’école, les hôpitaux, les services publics. Pas contre les Noirs – du moins, pas contre ceux en possession de titre de séjour ou d’une pièce d’identité valide – mais contre les Musulmanes portant un niqab.

La différence est-elle énorme ? Au regard du débat sur l’identité nationale, la réponse est non : les Musulmans et les Noirs, tout comme les Arabes et les autres peuples non Blancs, polluent l’identité française. La commission contre le voile intégral, dont on connaissait les conclusions avant qu’elle n’existe, a rendu les conclusions de son rapport : il faut une politique de ségrégation en France.

Et ce n’est qu’un début. Car cela va continuer, tant que nous ne les arrêterons pas, les choses iront de mal en pis. Nous en appelons à nos frères et sœurs musulman-e-s. Nous souhaitons leur dire que la stratégie de l’encaissement des coups et du silence ne fonctionne pas. Cette stratégie a aujourd’hui montré ses limites. Cette stratégie n’a pas pu empêcher l’islamophobie d’État de s’amplifier et aujourd’hui de prendre la direction de la ségrégation. Nous en appelons à vous, frères et sœurs musulman-e-s. A nous rejoindre pour combattre les lois scélérates venues et à venir.

Nous en appelons également à vous, nos frères et sœurs noir-e-s. Rejoignez nous. Car le retour des lois de ségrégation est une insulte à nos ancêtres et à leurs combats. Il y a un message latent. Les chantres de la ségrégation nous disent : « Ce pour quoi vos ancêtres ont combattu, ce qu’ils ont fait en versant sang et larmes, nous allons le défaire. » Cela est inacceptable. Et nous leur disons que nous ne les laisserons pas faire. Nous leur répondons que ce qu’ils tentent de faire aujourd’hui, nous allons le défaire demain, car nous n’abandonnerons jamais ce pour quoi nos pères et mères se sont battu et tout ce qu’ils ont conquis.

Nous appelons également à nous rejoindre nos frères et sœurs qui perçoivent ce qui nous attend demain si l’on ne réagit pas aujourd’hui. Ce vers quoi la France et l’Europe se dirigent. Vous qui savez que sont liés le referendum anti-minaret en Suisse, le pogrom anti-immigrés en Italie, la directive européenne « retour » (qui permet d’enfermer sans procès des sans-papiers hommes, femmes, enfants, vieillards et bébés) et aujourd’hui la légalisation de la ségrégation en France. Vous qui savez que cette combinaison laisse présager le pire des avenirs possibles.

Nous en appelons à vous tous, frères et sœurs. Le temps de la désunion et du « chacun de son côté » doit être dépassé, car nos combats sont les mêmes. Le temps des revendications auprès des partis est révolu. Cela n’a pas fonctionné : ils ont clairement déclaré être en faveur de la ségrégation, pour les uns ou déclaré que ce n’était pas une priorité en période de crise, pour les autres. Nous leur disons : « Merci à vous de faire passer la ségrégation au second plan dans vos priorités, mais nous ne sommes pas dupes ».

Frères et sœurs, l’heure est venue de nous unir pour former notre propre force politique, notre propre parti. Le parti de ceux qui prendront le relais de nos ancêtres, le parti de ceux qui ne sont pas dupes.

Atman Zerkaoui, membre du Mouvement des Indigènes de la République

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.