Soutien

Soutenons la lutte des réfugiés Soudanais à Berlin

Anneke Gerloff©

Anneke Gerloff©

Le 26 juin 2014, la police allemande a entamé l’évacuation de l’école Gerhart-Hauptmann dans le quartier berlinois du Kreuzberg. L’école était occupée par des réfugiés Soudanais depuis presque deux ans. Ces-derniers, soutenus par des citoyen-nes solidaires, ont bien évidemment résisté à cette violente évacuation ordonnée par la municipalité et menée par près de mille policiers armés de gaz lacrymogènes.

L’arrondissement du Kreuzberg est dirigé par la parti des Verts (Bündnis 90/Die Grünen), qui pendant les dernières élections pour les européennes a pourtant mis en avant leur volonté d’améliorer le sort des réfugiés1. Aujourd’hui ils justifient cette évacuation comme étant une sorte de « déménagement volontaire ». Seulement, leurs décisions politiques vis-à-vis des réfugiés Soudanais ne diffèrent pas tellement de celles que revendiquent le Front National ou le NPD (le parti d’extrême-droite allemand).

L’école Gerhart-Hauptmannest le seul endroit où les réfugiés Soudanais peuvent s’organiser et sortir de l’isolation. L’occupation de l’école devait aussi servir de mobilisation contre les conditions inhumaines des camps des réfugiés en Allemagne. Leur message est clair : « Nous sommes ici car vous détruisez nos pays. Il faut que l’Allemagne prenne sa part de responsabilité dans ce qu’il se passe au Soudan ou ailleurs. Le droit de libre circulation est aussi notre droit».

Par peur, quelques un-es ont quitté l’école, mais un groupe d’environ 40 personnes résistent et certain-es d’entre eux sont même prêts à sauter du toit de l’école.

Ils demandent à être reconnus comme réfugiés en vertu de l’article § 23 de la Loi sur le séjour des étrangers. Selon cette loi, les autorités du Land (plus ou moins l’équivalent des régions en Allemagne) peuvent accorder le statut de réfugiés pour des raisons humanitaires ou pour des raisons politiques.

Pour les réfugiés et leurs soutiens, les revendications sont claires :

1. Stop à la déportation!

Les déportations tuent! Tou-tes les réfugié-es sont des réfugié-es politiques et ils-elles ont le droit à l’asile. Limiter la liberté de circulation contrevient ainsi aux droits de l’Homme. Nous demandons donc l’arrêt immédiat de toutes les déportations!

2. Abolir la Residenzpflicht (l’obligation de résidence)!

Nous n’acceptons ni la loi de la Residenzpflicht, ni le système européen de Dublin qui limite la libre circulation des êtres humains. Nous comptons en finir avec cette loi en investissant la rue.

3. Fermer tous les Lagers (camps)!

Nous n’acceptons pas d’être enfermé-es dans des Lagers et dans des conditions inhumaines! Nous avons le droit à l’asile et le droit d’être protégé-es au lieu d’être traité-es comme des criminels!

Nous ne sommes pas des victimes, nous sommes des combattants ! Nous entendons rompre le silence, rompre l’isolement et combattre pour l’égalité de droits, la dignité et la liberté de circulation pour tout le monde !

Nous devons donc nous montrer solidaires avec les réfugiés de Berlin et des autres villes allemandes. Pour les soutenir dans leurs luttes nous vous invitons à signer la pétition en ligne et suivre leur combat sur twitter et facebook.

http://www.change.org/de/Petitionen/frank-henkel-unterst%C3%BCtzt-die-forderungen-der-refugees-vom-dach-der-gerhart-hauptmann-schule?share_id=PlsiXrCjDV&utm_campaign=share_button_action_box&utm_medium=facebook&utm_source=share_petition (texte en allemand, anglais et turc)

Facebook : https://www.facebook.com/OhlauerInfopoint?fref=ts

http://worthalten.wordpress.com/

http://zwangsraeumungverhindern.blogsport.de/

you

 

Ce contenu a été publié dans Actualités, Archives. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.