Libération

Redwane brise ses chaines

Je fais partie d’une communauté qui représente plus d’un dixième de la population française. C’est à ce jour la plus grande communauté religieuse en termes de pratiquants. Les mosquées se font de plus en plus nombreuses et de plus en plus immenses. Elles ne suffisent cependant pas pour accueillir ces fidèles de plus en plus métissés et de plus en plus diplômés. Nos pères ont réussi à en terminer avec le temps de l’Islam des caves. Désormais, la religion de Muhammad (que la paix soit sur lui) est des plus visibles en France au moyen de minarets et de cadres supérieurs.

Pourtant, la communauté musulmane est sans cesse dénigrée par la société française et ses politiques. Enorme paradoxe quand on connait la puissance électorale que pourrait potentiellement être cette tranche de la population. Mais il faut croire que le musulman de France est désespéré, fatigué de cette persécution dont il est victime et qui se veut de plus en plus appuyée depuis le 11 septembre 2001. Il la considère parfois même comme normale, l’Islam est peut-être trop spirituelle pour la société occidentale. Le musulman de France est passif depuis des décennies. Oui mais voilà, moi j’ai choisi l’action et je me révolte aujourd’hui contre ces attaques incessantes.

Car dans la révolte, il y a de l’espoir. Et la communauté musulmane française a, en 2010, besoin d’espoir. J’entends ici et là que la France n’est pas faite pour l’Islam et que l’Islam n’est pas fait pour la France. Certains de mes frères quittent leur pays, sous le poids de la persécution, comme Muhammad l’avait fait de son temps en partant pour Médine. Quelle triste désillusion! La France, pays des Droits de l’Homme et de la liberté, mon pays, ne serait pas compatible avec l’Islam, religion de l’amour et de la fraternité, ma religion. On nous fait comprendre que les barbes, les qamiss et les niqab iraient à l’encontre de l’identité nationale française. En propageant cette idée, on essaye de faire croire que nos compatriotes barbus ou voilées de la tête aux pieds ne feraient pas partis de la nation française car leurs identités propres sont en contradiction avec l’idéal que ce font certains de l’identité nationale. On cherche par ce mécanisme à mettre la communauté musulmane face à un choix : Soit elle se divise soit elle se marginalise. Par la division, les musulmans de France marqueraient donc leurs différences avec les « trop visibles » qui seraient eux à l’écart de la nation. Si elle ne fait pas ça, la communauté musulmane resterait solidaire de ces frères mais serait donc condamnée à la marginalité absolue. On voit de plus en plus de frères rasant leurs barbes pour trouver un emploi. On voit de plus en plus de sœurs enlever leurs voiles pour aller au lycée. S’ils excluent les parties visibles de l’Islam du système, c’est qu’ils veulent exclure l’Islam tout entier. Et ça il faut que les musulmans de France le comprennent. Alors moi, Redwane Telha, je vous pose cette question : Combien de temps pourrons-nous continuer à vivre dans un environnement qui nous est hostile ?

Comme je l’ai dit précédemment, certains ont fait le choix de quitter la France. Est-ce la chose à faire ? Je ne pense pas. J’ai toujours l’intime conviction qu’Islam et France puissent faire bon ménage. Et quand je dis Islam, je ne parle pas de cette vision siffaouienne qui voudrait voir la communauté musulmane comme porteuse d’un folklore amusant, où ramadan rimerait avec danses orientales et baklawas pour tous les collègues. Non je parle d’une vraie pratique de la religion musulmane au sein même de l’espace républicain. L’Islam nous ordonne de respecter les lois du pays dans lequel nous vivons. A partir du moment où nous respectons les lois de la république, que pourrait-il nous arriver ? Rien sinon l’exclusion du fait de notre foi. Car la société française est aujourd’hui profondément islamophobe ne nous leurrons pas. Alors comment peut-on vivre paisiblement notre foi au sein de notre société ? Tout simplement en imposant notre identité la plus intime (donc religieuse) au sein de l’identité nationale. Tout comme nous sommes des particules de la nation, nos identités font parties intégrantes de l’identité nationale. Nous devons imposer NOTRE identité au sein de l’identité de NOTRE nation. Et cela passe par l’union des musulmans de tous bords. Il faut en finir de l’Islam DE France et affirmer l’Islam EN France. Nous ne pourrons pas atteindre ce but chacun dans son coin. Notre puissance nous vient de notre nombre et ce texte est un appel au communautarisme. Je souhaite la réhabilitation de ce mot si longtemps injustement banni du langage républicain. Avant d’évoluer avec les autres, il faut apprendre à évoluer soi-même. Les musulmans de France ne pourront jamais s’épanouir totalement au sein de la société française tant qu’il n’y aura pas une communauté musulmane forte et solidaire. Les chefs d’entreprises ne tolèrent pas les barbus ? A nous de créer nos entreprises ! La soi-disant école républicaine ne tolère pas les sœurs voilées ? Créons nos propres écoles ! Ne nous allions pas avec ceux qui prônent un conformisme au sein de la république, allions nous avec ceux qui veulent travailler avec tous les musulmans, sans distinction de style !

Les mosquées sont certes sorties des caves mais nos esprits sont restés dans la pénombre. N’ayons plus honte de nos idées, n’ayons plus honte de protester. L’héritage islamique devrait faire de nous les lumières de cette République. Soyons dignes de nos héros, de Khalid Ibn Walid à Malcolm X en passant par Salah Eddine ou Ali la Pointe. Apprenons notre histoire et contestons les éléments historiques qui ne sont pas véridiques. Devenons des fervents défenseurs de la justice et de la liberté et surtout, sortons de cette passivité. L’Islam ne doit plus être la religion des cités, elle doit être présente dans tous les grades de cette société. Je terminerai cet article, cet ode à la communauté, par une citation d’AbdelMalek Sayed : « Exister, c’est exister politiquement ». A moins de deux ans des échéances présidentielles, plus que jamais, la communauté musulmane doit se montrer soudée. Pour qu’enfin, en France, on puisse exister

Redwane

SOURCE : le monde de Redwane

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.