Redouane Ikil est innocent, il ne doit pas retourner en prison !

A Albi (Occitanie) du 28 juin au 5 juillet aura lieu le procès en appel de Redouane Ikil. En effet, à l’issue d’un procès en première instance tenu à Toulouse en 2017 où il avait été acquitté des chefs d’accusation d’enlèvement, de séquestration et vol à main armée en bande organisée suite au braquage de l’agence bancaire dont il était le directeur, le Parquet, refusant d’accepter ce juste verdict avait décidé de faire appel.

Cette affaire, souvenons-nous, avait alors marqué les esprits. Redouane Ikil, père de famille sans histoire avait été arrêté le 15 avril 2014. Placé immédiatement en détention provisoire, il avait alors fait l’objet d’un véritable acharnement judiciaire où rien ne lui avait été épargné: une enquête menée uniquement à charge, des preuves l’innocentant dissimulées, des pressions intolérables exercées sur sa famille pour le faire craquer. Son droit à la présomption d’innocence scandaleusement bafoué, il avait alors effectué 3 ans et demi de détention dans l’attente de son procès car pour certains magistrats au nom d’une inadmissible présomption de culpabilité, la place naturelle d’un Redouane Ikil ne peut être que derrière les barreaux. Néanmoins, le procès de 2017 en a fait la démonstration éclatante, après l’audition d’une centaine de témoins, sa culpabilité n’ayant pu être prouvée, Redouane Ikil en toute sagesse avait été déclaré innocent par le jury populaire.

Acquitté, il a payé un prix exorbitant ces errements judiciaires. Privé d’emploi car la Poste ne l’a jamais réintégré en dépit de sa mise hors de cause, privé du droit de voir naître son enfant à cause de sa détention, Redouane Ikil néanmoins s’est toujours battu dignement mais avec détermination pour défendre son innocence.
C’est pourquoi aujourd’hui, à l’approche de cette nouvelle épreuve pour lui et sa famille, considérant qu’il n’a pas à souffrir davantage de la poursuite de cet acharnement judiciaire qui le ferait retourner en prison, nous voulons réaffirmer à ses côtés notre attachement à sa présomption d’innocence.

C’est pourquoi nous appelons à ce que s’exerce une justice impartiale, capable de reconnaître et réparer ses erreurs.

Pour le droit de Redouane Ikil à bénéficier d’un procès juste et impartial. 
Pour le respect de la présomption d’innocence.

[ Liste des signataires mise à jour quotidiennement]

SIGNATURES INDIVIDUELLES
Marion ALCARAZ, juriste
Salah AMOKRANE, Tactikollectif
Yamina AISSA ABDI, militante
Verveine ANGELI, syndicaliste Solidaires
Claude BEGUE, militante antiraciste et anticapitaliste
Luc BONAVENTURE, travailleur social
Saïd BOUAMAMA, Sociologue et militant du FUIQP
Houria BOUTELDJA, Parti des indigènes de la République
Jean-Pierre BOUCHE, militant contre l’apartheid israélien
Alima BOUMEDIENE THIERY, Avocate
Youssef BOUSSOUMAH, militant du Parti des indigènes de la République
Hugo COLDEBOEUF, syndicaliste CGT Banque de France
Annick COUPE, syndicaliste et altermondialiste
Alexis CUKIER, philosophe
Hervé FALCETTA, CGT construction Toulouse
Mireille FANON MENDES FRANCE, Fondation Frantz Fanon, ex UN expert
Georges FRANCO artiste peintre
Mohand GHILAS, Conseiller Municipal de la ville de Bezons, Vice-Président de l’Association Solidarité Palestine Argenteuil, membre du Collectif contre les violences policières, militant de la Paix, humaniste contre toutes formes de racisme et ségrégation
Ouissame GHMIMAT militant des droits humains
Nacira GUENIF, professeure des universités, militante féministe décoloniale
Michelle GUERCI, journaliste, féministe antiraciste
Marianne VL KOPLEWICZ Editions du Souffle
Audrey LAPERCHE, médiatrice santé
Adélaïde LECHEVALIER, militante
Olivier LE COUR GRANDMAISON, universitaire
Laurent LEVY, retraité
Christian MAHIEUX, syndicaliste cheminot retraité
Fabien MAGUIN
Fabien MARCOT, graphiste
Laurent MEISSEL, cadre territorial 
Hassane MEZINE, photographe
Elisa MOROS, enseignante
Dominique NATANSON, militant de l’Union juive française pour la paix
Béatrice ORES, porte-parole UJFP Paris
Yves QUINTAL, Association ETM
André ROSEVEGUE, porte-parole UJFP Aquitaine
Nordine SAÏDI, militant Decolonial, membre de Bruxelles Panthères
Catherine SAMARY, Economiste
Michèle SIBONY, Union juive française pour la paix
Omar SLAOUTI, militant antiraciste
Richard SROGOSZ, militant UJFP et BDS
Françoise VERGÈS, politologue, militante féministe antiraciste décoloniale

ORGANISATIONS SIGNATAIRES
Association Survie 31
Bruxelles Panthères
Collectif Rosa Parks
Union Juive Française pour la Paix
Le Collectif de Défense des Jeunes du Mantois
Collectif pour l’Union Antiraciste et Populaire 31
Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires
Parti des Indigènes de la République
Union des EtudiantEs de Toulouse

Ce contenu a été publié dans Actualités, Actus PIR, Archives. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.