Discours d'Houria Bouteldja, porte-parole du PIR au meeting « Palestine, Engagez-vous ! » du 6 mai 2011 à la bourse du travail de St Denis.

Printemps arabe, été palestinien

arton1336

Les défenseurs du Grand Israël ont vraiment des raisons de s’inquiéter. A l’inverse, dans sa détresse, le peuple palestinien peut aujourd’hui avoir quelques motifs légitimes de se réjouir. Qu’on en juge :
L’accord Fatah/Hamas vient de se finaliser et tout laisse à penser que celui ci est favorable à la ligne de la résistance à l’Etat sioniste. Ainsi la principale condition que Mahmoud Abbas imposait à Hamas était que celui ci reconnaisse le prétendu processus de paix et les larges concessions faites à Israël par Abbas. Dans le document signé par les deux organisations, celle-ci est apparemment caduque, pour reprendre un mot du martyr Arafat. Mais surtout en mettant fin à cette lutte fratricide, c’est le principal atout israélien de ces dernières années qui s’effondre. C’est le risque ô combien dangereux d’une scission définitive de la lutte palestinienne qui s’éloigne.

La décision de déclaration d’Etat palestinien cet été par une direction palestinienne renforcée à présent par l’unité nationale recouvrée est le pire des scenarii qu’Israël envisageait. D’autant que de nombreux pays ont d’ores et déjà annoncé leur intention de reconnaître cet Etat et de soutenir les Palestiniens dans cette démarche à L’Onu. La France elle-même par la voix de Juppé a déjà fait savoir qu’elle pourrait reconnaître l’Etat. Pourquoi ? Et bien parce que même Sarkozy a du se rendre à l’évidence. De grands bouleversements, lourds de conséquences, sont en cours dans la région et plutôt qu’être dépassé par ceux-ci, il préfère les anticiper en avançant ses pions auprès des Palestiniens.

Le bouleversement en cours en Egypte est considérable, même si on n’a pas encore le recul pour en prendre toute la mesure. Il semble que sans aller jusqu’à pouvoir être comparé à la chute du roi Farouk en 1956, la chute du pharaon Moubarak chamboule toute la géopolitique régionale.

Israël perd son seul véritable allié dans la région. Le Caire parle même de reconsidérer l’accord gazier qui le lie à Israël et qui fait que l’Egypte vend à Israël du gaz naturel à prix coutant. Mais surtout, le terminal de Rafah rouvrira bientôt et du coup c’est toute la stratégie israélienne d’étranglement de Gaza qui s’effondre, l’Egypte rétablit ses relations avec l’Iran progressivement.

Enfin la résistance libanaise est aujourd’hui plus forte que jamais et est prête à toutes les éventualités, elle est prête à faire face à toutes les aventures militaires qu’Israël serait tenté de mener contre le Liban, histoire de se sortir du guêpier politique dans lequel il se trouve aujourd’hui.

Bref la situation actuelle est en évolution et le rapport de forces lentement mais surement est en train de changer. D’ailleurs, pour une fois, je serai d’accord avec Netanyahou et Shimon Pérès. Hier à Paris, Netanyahou est venu pleurer dans le giron de Sarkozy présentant la situation à venir ouverte par l’accord Fatah/Hamas comme étant comparable à un véritable tsunami pour la paix. Shimon Pères, crânement, il ya quelques semaines, déclarait que le printemps arabe était une bonne chose car la démocratie est toujours favorable à la paix disait-il. Ils ont raison ! Ce qui se passe, effectivement, sera un véritable tsunami pour la paix version israélienne, celle qui depuis 1948 désire en finir avec les Palestiniens : la paix des cimetières.

Alors, nous ici, sommes-nous prêts pour l’été palestinien ? Que se passe t-il sur le front français de soutien à la lutte palestinienne ? Sommes-nous à la hauteur de tous ces bouleversements ? Il y a bien sûr la campagne BDS qui se poursuit et qui inquiète Israël au plus haut point, il y a le bateau pour Gaza qui s’organise et enfin il y a le grand rush sur la Palestine prévu pour cet été. C’est le moment pour nous d’accompagner la période historique qui s’ouvre. C’est notre devoir !

Alors bien sûr, la lutte va être encore longue mais effectivement il y a de quoi être optimiste. On a dit que le printemps 2011 a été celui des peuples arabes, l’été qui s’annonce sans aucun doute restera dans l’histoire qui s’écrit comme un été palestinien, in cha Allah! Un été de tous les dangers pour l’occupation, un été d’espoir pour tous ceux qui comme nous soutiennent la paix dans la justice.

Pas de justice, pas de paix !

Vive la résistance palestinienne !

Tahyia Falestine !

Houria Bouteldja, porte-parole du Parti des Indigènes de la République

Ce contenu a été publié dans Actualités, Actus PIR, Houria Bouteldja. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.