Gaza

Obama parle enfin de… Ben Laden

arton355

Aux premiers jours de l’attaque israélienne contre la bande de Gaza, le nouveau président élu des Etats-Unis, Barack Obama, se trouvait en vacances à Hawaï avec sa famille. Il y jouait au golf devant les journalistes, se baignait à la mer ou se rendait au MacDo avec ses filles.

Rien que de très normal. On était dans la période suivant Noël et précédant le jour de l’an, période où il est normal pour tout un chacun d’être en vacances, y compris lorsqu’on s’apprête à prendre les commandes de la première puissance mondiale.

Au troisième jour de la guerre à Gaza, c’est-à-dire 350 mort et 600 blessés palestiniens plus tard, la presse commença à s’inquiéter un peu du silence du futur locataire de la Maison Blanche.

« Je réfléchis à la situation et j’aurai beaucoup à dire » déclara Obama.

Après tout, rien que de très normal puisque c’est Bush qui était encore le président en titre. Sans doute Obama devait-il respecter une sorte d’obligation de réserve. Soit !

Toujours est-il qu’au quatrième jour de la guerre, lorsque l’armée israélienne détruit l’Université de Gaza ainsi que deux écoles de l’ONU, Obama continua à réfléchir beaucoup. On en était à 400 morts et 700 blessés.

Au cinquième jour, lorsque des hélicoptères « Apache » israéliens pulvérisèrent des ambulances de la Croix-Rouge et du Croissant rouge qui allaient porter secours à des blessés, Obama continua à réfléchir et ne dit mot. On en était à 500 morts et 900 blessés.

Au sixième jour de la guerre, lorsque l’aviation israélienne bombarda des convois humanitaires de l’ONU, Obama se tut. Mgr Renato Martino, ministre de la justice du Vatican, lui, déclara que « Gaza ressemble à un camp de concentration ». On en était à 600 morts dont au moins 50% de femmes et d’enfants palestiniens et 1.000 blessés.

Au septième jour de la guerre, Israël bombarda des hôpitaux et des mosquées. On en arriva à 700 morts et 1.500 blessés. Condoleeza Rice déclara que c’était « la faute du Hamas ». Obama, lui, continua à réfléchir, ayant, comme il l’avait annoncé, « beaucoup à dire ».

Au huitième jour de la guerre, bref…

Venons-en au 19è jour de la guerre, c’est-à-dire au mercredi 14 janvier, c’est-à-dire 1.040 morts et 5.000 blessés palestiniens plus tard. Israël, n’ayant plus rien à bombarder, ayant déjà pulvérisé grâce aux armes fournies par les Etats-Unis, bâtiments publics, écoles, université, mosquées, hôpitaux etc..détruit le plus grand…cimetière de Gaza.

Le monde entier, les peuples du monde entier sont dans la rue, criant que trop, c’est trop. Le président de la Croix-Rouge internationale, lors d’une brève visite à Gaza, a les larmes aux yeux devant les caméras de télévision, déclarant que ce qu’il a vu est « horrible » et « dépasse l’entendement ». Il dénonce le massacre des 350 enfants et des 170 femmes. Barack Obama lui réfléchit encore, en ce 19è jour de guerre, car il a beaucoup à dire.

Et puis soudain, miracle !

Ben Laden sort de sa tanière et appelle les musulmans du monde au Jihad en riposte à l’agression sioniste que subit le peuple palestinien.

Miracle, ce cher Barack Obama, qui jusque là s’était soigneusement tu, sort de sa réserve et fait une déclaration publique. Obama, « le président de tous les Noirs du monde » selon l’expression d’un crétin obamaniaque, parle. Oui, il parle !

Miracle ! Il n’est pas muet comme on l’avait cru un instant.

Et que déclare celui qui n’est pas encore entré en fonction et qui avait jusque là utilisé l’obligation de réserve pour justifier son mutisme :
« Ben Laden demeure le plus grand danger pour les Etats-Unis et le monde. »

Pas un mot sur les 1.500 morts et les 5.000 blessés palestiniens ! Pas un mot sur la destruction des écoles de l’ONU ! Pas un mot sur la destruction de l’Université de Gaza ! Pas un mot sur le bombardement des convois humanitaires de l’ONU ! Pas un mot sur la destruction d’ambulances du Croissant-Rouge et de la Croix-Rouge ! Pas un mot sur l’éventrement à coups de missiles du cimetière de Gaza !

Pas un mot ! RIEN !

Honte à ces soi-disant indépendantistes martiniquais qui, au soir, de la victoire dObama, ont brandi dans les rues le drapeau yankee !

Oui, honte à vous !

Raphaël Confiant

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.