Férocité

Mourad Dhina, opposant algérien victime de la «Françalgérie» ?

arton1617

Arrêté à Orly le 16 janvier 2012, l’opposant algérien Mourad Dhina – résidant en Suisse depuis 1993 – dort depuis à la prison de la Santé. Quel est son « crime » ? Faire l’objet d’un mandat d’arrêt international émis en 2003 par les autorités algériennes et l’accusant d’«avoir commis des actions terroristes à Zurich en Suisse durant les années 1997-1999». Malgré l’absence de la moindre preuve de ces allégations, la justice française a rejeté la demande de mise en liberté conditionnelle de Dhina, le gardant son écrou extraditionnel au moins jusqu’à l’audience du 21 mars 2012, lors de laquelle devrait être examinée la demande d’extradition à son encontre émanant du gouvernement algérien.

« Il est paradoxal, écrivait le 22 janvier l’ONG Algeria-Watchde défense des droits de l’homme en Algérie, que le gouvernement français se fasse l’exécutant zélé de cette volonté du régime algérien, à l’heure où son ministre des Affaires étrangères, M. Alain Juppé, après les “printemps arabes”, ne cesse d’affirmer la nécessité pour la France d’établir de nouveaux rapports avec les islamistes respectueux des principes démocratiques, comme c’est le cas de M. Dhina (“Je souhaite, déclarait ainsi M. Juppé en avril 2011, que (le) dialogue s’ouvre sans complexe aux courants islamiques, dès lors que (…) les règles du jeu démocratique (et) le refus de toute violence sont respectés de part et d’autre”). Mais dans le cas de l’Algérie, c’est hélas la continuité des anciennes pratiques qui semble prévaloir : ce n’est pas le Quai d’Orsay qui dicte la politique française vis-à-vis de ce régime, mais bien les services de police, en l’occurrence la DCRI, dont on sait les liens historiques avec la police politique algérienne, le DRS. »

Et de fait, cette hypothèse semble hautement probable, car la DCRI a la mémoire longue : elle est l’héritière de la DST, dont le compagnonnage avec le DRS (anciennement Sécurité militaire) remonte aux années 1980. En novembre 1993 déjà, la DST, à la demande du ministre de l’Intérieur Charles Pasqua, avait piloté l’« Opération Chrysanthème », la « plus grande rafle d’opposants algériens organisée en France depuis le 17 octobre 1961 », comme l’écrivaient en 2004 Lounis Aggoun et Jean-Baptiste Rivoire dans leur livre Françalgérie, crimes et mensonges d’États. À l’époque, il s’agissait de traquer, à la demande d’Alger, les militants et sympathisants du Front islamique du salut (FIS) algérien présents en France, suite au coup d’État militaire de janvier 1992 ayant conduit à l’annulation des élections législatives qui allaient donner la victoire au FIS. Mourad Dhina, chercheur en physique fondamentale travaillant au CERN et vivant en France depuis 1987, avait alors dû se réfugier en Suisse pour échapper à cette rafle.

Il faut dire que, après la dissolution du FIS en mars 1992, Mourad Dhina avait décidé d’adhérer à ce parti et de s’engager dans ses activités à l’étranger. En particulier pour dénoncer les très graves violations des droits de l’homme perpétrées en Algérie par les généraux putschistes, visant principalement les partisans et sympathisants supposés du mouvement islamiste, même s’ils n’étaient le plus souvent engagés dans aucune action violente. Dhina sera notamment l’un des responsables de la publication des trois volumes du Livre blanc sur la répression en Algérie, implacable recueil de témoignages sur les exactions des forces de sécurité algériennes, interdit en France en septembre 1995, toujours à l’initiative de Charles Pasqua. À l’époque, il n’était pas question de laisser entendre en France d’autres voix algériennes que celles des porte-parole du régime militaire, qui relayaient son discours de désinformation présentant la « sale guerre » qu’il conduisait en Algérie comme la défense de la « République laïque » contre la « barbarie islamique ».

Plus de seize ans après, la France officielle semble rester sur cette position d’alors : s’agissant de l’Algérie, il n’est toujours pas question que « le dialogue s’ouvre sans complexe aux courants islamiques », comme Alain Juppé l’a affirmé à propos de la Tunisie ou de l’Égypte. Et pourtant, s’il est un « courant islamique » auquel cette ouverture devrait s’appliquer en Algérie, c’est bien celui dans lequel s’inscrit Mourad Dhina. Un courant devenu au demeurant très minoritaire, tant fut féroce la guerre d’« éradication » conduite par les généraux algériens, laquelle s’est traduite par l’élimination physique, dans desconditions atroces, de dizaines de milliers d’opposants, majoritairement islamistes ou soupçonnés de l’être.

Aujourd’hui, en Algérie, les partis et responsables politiques qui se réclament de l’islam et ayant pignon sur rue ne sont que de simples rouages d’un régime dont la seule raison d’être est de se reproduire pour permettre à ses dirigeants de continuer à détourner à leur profit les richesses du pays – et à ceux, « islamistes » compris, qui les soutiennent de pouvoir eux aussi profiter de la « mangeoire ». Même si nombre de ces derniers ont participé, souvent à l’instigation du DRS, aux exactions des années 1990.

Mais justement, Dhina n’est pas de ceux-là. Il a quitté ce qui restait du FIS en octobre 2004, découragé par l’incapacité de ses dirigeants en exil à constituer une véritable alternative politique. En avril 2007, il a créé avec d’autres militants lemouvement Rachad, dont l’objectif est d’établir en Algérie un « État de droit et de bonne gouvernance » impliquant « toutes les composantes de la société algérienne », en adoptant des « voies non violentes ». Et la même année, il a rejoint laFondation Alkarama pour les droits de l’homme, dont l’objet est la défense des droits de l’homme dans le monde arabe et dont il est depuis le directeur exécutif.
Depuis lors, Alkarama a multiplié les initiatives pour dénoncer les très graves violations des droits de l’homme en Algérie, dans les années 1990 comme dans les années 2000, en particulier auprès des instances onusiennes (Conseil des droits de l’homme et comités des droits de l’homme et contre la torture) : l’ONG co-dirigée par Dhina a notamment joué un rôle essentiel pour obtenir, en mars 2009, que la commission fantoche du régime algérien sur les droits de l’homme (la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme, dirigée depuis 2001 par l’avocat Farouk Ksentini), perde son statut « A » attestant de sa conformité avec les « principes de Paris » – qui déterminent le cadre de l’action des institutions nationales des droits de l’homme (INDH). Et, parallèlement, le mouvement Rachad n’a cessé de s’activer pour tenter de mobiliser les opposants au régime, jusqu’à organiser, le 11 janvier 2012, une manifestation devant l’ambassade d’Algérie à Paris, à l’occasion du vingtième anniversaire du coup d’État des généraux « éradicateurs ».
Il est trop évident que toutes ces actions on fait de Mourad Dhina, partisan résolu de la non-violence, un ennemi irréductible des chefs de la police politique algérienne, seule ossature d’un régime qui n’en finit pas de chercher une « sortie de crise » pour se perpétuer. Et qui espère encore, par les élections législatives prévues pour le 10 mai 2012, renouveler la façade légale de l’« Algérie Potemkine », digne héritière des villages Potemkine de l’impératrice russe Catherine II.

Il faut le dire avec force : vingt ans après le putsch qui a soumis la société algérienne à l’un des pires terrorismes d’État du xxesiècle, il est plus que jamais insupportable que la République française continue à avaliser ses crimes, en incarcérant (dans la perspective de l’extrader en Algérie !) l’un de ses opposants démocrates les plus notoires. Et, cinquante ans après l’indépendance si chèrement acquise de l’Algérie, il est plus que jamais insupportable que Paris continue ainsi à soutenir les héritiers de ceux qui, dès 1962, ont confisqué la lutte historique conduite par les nationalistes algériens, dont la plupart se revendiquaient d’un islam démocratique.

François Gèze

Source : Blog Médiapart

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.