La librairie indigène

Marianne et Allah

arton170

Et si le  » communautarisme musulman « , unanimement dénoncé aujourd’hui en France, était moins le produit d’un supposé activisme islamique que celui des responsables politiques français ? C’est bien ce que montrent Vincent Geisser et Aziz Zemouri dans ce livre, fruit d’une longue enquête auprès des acteurs et grâce à des archives inédites. Retraçant la longue gestation républicaine du Conseil français du culte musulman (CFCM), ils révèlent tout ce qu’elle doit à l’héritage de l’Algérie coloniale : comme hier face aux  » indigènes « , la majorité des hommes et femmes politiques français affirment aujourd’hui, dans un paradoxe intenable, vouloir conduire progressivement les musulmans de France aux  » lumières  » de la laïcité et de la raison républicaine, tout en les maintenant dans leur spécificité islamique. Des leaders socialistes à Jean-Marie Le Pen, en passant par Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, c’est bien la même logique contradictoire, au-delà des variantes, qui est au cœur de leurs modes de  » gestion de la question musulmane  » : au niveau national, jouer sur le spectre effrayant du communautarisme musulman tout en l’encourageant ; et, au niveau local, tisser des réseaux clientélistes dans une course parfois effrénée au  » vote musulman  » – comme l’illustrent ici les cas de la Seine-Saint-Denis, de Marseille et de Montpellier. Sans ignorer le rôle des réseaux d’allégeances aux Etats autoritaires du monde arabo-musulman, les auteurs montrent, preuves à l’appui et au rebours des représentations dominantes, que les nouvelles générations de croyants de nationalité française aspirent très majoritairement à décoloniser l’islam de France et à se vivre pleinement comme citoyens de la République.

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.