Bi kol sara7a

Lettre à ma douce

arton816

… Le bon colon n’existe pas. C’est une chimère. Il existe uniquement des colonialistes qui contribuent au maintien de la machine de l’oppression…

Quelques jours avant sa mort mon grand-père m’a dit : « Ma petite Taghrawlith, tu ne seras heureuse que dans le flanc d’un homme qui comprendra ta lutte, la rejoindra, et l’épousera naturellement parce que elle sera, aussi, la sienne. Avec lui, tu ne te poseras pas de question. Vous avancerez ensemble et s’il le faut, mourrez ensemble »… J’avais 20 ans, l’âge de la désinvolture, mais comprenais parfaitement ses paroles. Quelques mois auparavant, je m’étais retrouvée face à face avec un agent du pouvoir sur lequel je n’avais pas hésité à cracher, et qui au retour, n’avais pas hésité à me matraquer. Ses paroles, je ne pouvais que les boire, les sentir adhérer à mon épiderme, ne former qu’un avec ma peau ecchymosée. Marquée à jamais par la main de l’oppression.

Jeddi est mort mais m’a laissé un bel héritage, c’est l’Histoire de la guerre d’Algérie, égrenée de sa douce voix de grand-père et qui m’a accompagnée jusqu’à l’adolescence comme dans une volonté de me livrer la vraie Histoire. Non pas celle dont on nous bassine les oreilles dans les manuels scolaires, accompagnée d’une bande-son patriotique et nationaliste à souhait. Mais de celle qui te donne à jamais la haine du colon et de ses remugles racistes. « L’oppression, me disait-il, est une machine à laquelle on contribue lorsqu’on se tait, lorsqu’on refuse de comprendre que l’occupation définit, indubitablement, la lutte ». De ses petites histoires de la grande Histoire, j’ai pris la mesure d’une chose essentielle à savoir que la lâcheté n’est ni plus ni moins qu’une disposition à fuir la vérité. Dès lors, je me suis construite sur cette idée juste, claire, évidente que je me refuserais toute ma vie, et au péril de ma vie, à être lâche. Je me refuserais à ignorer les rapports de domination dans leurs expressions systémiques mais aussi dans leurs dimensions quotidiennes. Je me refuserais à ignorer les discriminations dont les miens sont les victimes, les proies les plus faciles. Je me refuserais à refuser de voir, d’entendre le blanc investir l’espace parce que plus, lui, respire, plus nous étouffons.

…Comme une envie de vomir, de vous vomir…

« Tu détestes la France. Pourquoi être venue en France alors ? » Question saugrenue qui revient comme un leitmotiv dans la bouche de tous les blancs qui m’entourent. Croyez-vous que mes aïeuls aient choisis de venir en France parce qu’ils l’aimaient ? Pensez-vous du haut de vos perchoirs, de vos confortables fauteuils de dominants qu’ils aient fait le choix de l’exil, celui de l’immigration pour aimer cette France des massacres de Sétif, des noyés de la Seine, de plus près. Pour la caresser et lui faire l’amour ? Pensez-vous vraiment que sur leurs lèvres, remuants des versets coraniques, ils aient préféré quitter leurs foyers, abandonné femmes et enfants, pour subir, ici, humiliations et vexations, tyrannies et injonctions, crachats et défections des français dominants, colonialistes, racistes… En somme de vous, chers blancs.

Sans doute avez-vous raison. Que dis-je, vous avez toujours raison. Vous aimez avoir raison et vous vous plaisez à continuer de penser que la France c’est le pays des Droits de l’Homme. France terre d’accueil et d’asile. Douce, aimable France. Généreuse France. Mais vous êtes- vous un jour inquiétés de ce qui a poussé nos chibanis à venir ici ? Les avez-vous interrogés ? Vous êtes-vous préoccupés de leurs vies de misère ? Bien sûr que non, parce que trop occupés à répondre à leur place, à penser à leur place. Après tout vous êtes les détenteurs du savoir universel, celui des Lumières, alors pourquoi vous en priver. C’est vrai, fraichement, pourquoi donner la parole à ces sous-identités, à ces têtus, à ces indigènes indigents. Pourquoi faire ? Alors que vous, vous avez les moyens de réfléchir, de discourir clairement, vous maitrisez la langue française, langue de vos ancêtres et surtout, vous, vous êtes légitimes ici et pas eux. Eux, ne le seront jamais. Leurs enfants ? Non plus. Leurs petits-enfants ?…. Non plus ! Ainsi font, font font les petites marionnettes…

De là, mon envie de vomir. De vous, mon envie de vomir. Sur vous, mon envie de vomir.

– La France tu l’aimes ?…

– Et elle, m’aime-t-elle ?

Vous continuez de me harceler avec cette question que je ne comprends pas. Vous venez me la poser jusque dans mes quartiers, mes cités. Vous me la servez dans les résidences universitaires où s’entassent des étudiants étrangers, noirs et arabes. Des étudiants étrangers à ne pas confondre avec les étudiants internationaux, blancs, occidentaux à qui l’on réserve des chambres confortables dans des résidences rénovées. Nous, les arabes et les noirs on y a pas droit, parce qu’on n’est pas propre, on sent mauvais et, de plus, on est bruyant. Nous, les arabes et les noirs, lorsqu’on foule la terre des blancs, on nous appelle les « étrangers ». Vous les blancs, lorsque vous venez souillez nos terres, vous vous faîtes appeler les « expatriés ». Elle est faite comme ça votre rhétorique, construite de manière à toujours nous rappeler que nous ne sommes pas les bienvenus chez vous. Elaborée de façon à tourner joliment vos réflexions sur mon infériorité physique, mentale, humaine… En somme mon délit génétique. Dès lors, je ne peux qu’imaginer votre joie à l’idée d’un débat sur votre identité nationale. Je vous regarde enfiler vos costumes de bien-pensants, racler votre gorge et exhaler vos miasmes paroles. Soyez sans inquiétude, je l’entends, ô combien je l’entends votre appel à la haine. Il me glace le sang et me fait serrer le poing. Il me « rage », me « colère » et me susurre : Napalm… Napalm… Napalm.

Je me réveille. Il ne s’agit pas d’un cauchemar. La France désire sérieusement que je lui raconte dans la langue de Voltaire mon amour, mon tendre amour pour elle. Elle est quand même culotée de me demander des comptes à moi l’indigène, fils d’indigène, arrière petite-fille d’indigène, arrière-arrière petit fils d’indigène… Merci madame de m’expliquer avec le paternalisme que je te connais comment il faudrait que ma culture s’efface au profit de la tienne. Blanche. Tu aimes le blanc n’est-ce pas ? C’est ta couleur préférée. Alors que plus foncé, ce n’est pas trop ta tasse de thé…Et bien tu sais quoi, t’as pas le choix ma grande parce que tu vas devoir apprendre à les voir ces couleurs, à les aimer. Mais d’abord, tu vas essuyer mon crachat sur ta figure. Puis, tu vas regarder ce minaret qui pointe fièrement son nez au ciel, tu vas écouter la voix douce et mélodieuse de mon muezzin. Et enfin, je vais t’aider à réfléchir.

Rappelle- toi, ma douce et tendre, tu es venues dans mon pays, tu as pillé ma terre, tu as violé ma mère, tu as tué mon père. Tu es resté longtemps, très longtemps, tu ne t’es pas lassée de sucer mon sang et celui des miens. Tu as humilié celles et ceux qui sont ma chair et mon sang. Mais tu ne t’es pas contenté de ça, ingénieuse que tu es, tu as entrainé mes grands-pères dans des guerres qui n’étaient pas les leurs ; 1ere ,2ème guerre mondiale, Indochine… Tu les as enrôlé à coup de promesses d’indépendance et à la fin… Boom ! Quelques milliers de moins.

Te souviens-tu ma tendre des déflagrations de tes canons ? La sens-tu cette odeur de poudre mêlée au sang de l’autochtone ? Te rappelles-tu les cris de ma mère que tu violes ?… Non. Je m’en doutais. Alors, ma douce, ton débat, il va attendre tant que tu n’as pas compris que ton identité est fondée sur ces déflagrations, ces odeurs, ces cris. S’il y a des arabes et des noirs dans tes rues, tes quartiers, tes veines, ton sang… c’est la suite de cette histoire. La suite logique. Ces arabes et ces noirs sont arrivés avec leur culture, leur religion, leurs habitudes alimentaires et autres. C’est toi-même qui les a fait venir pour ramasser ta merde, faire tourner ton économie. Mais ces colonisés sont restés et aujourd’hui ils te font peur. Aujourd’hui, tu voudrais les voir partir. Tu les malmènes, tu les insultes, tu les rabaisses. Pourtant, plus tu t’évertues à nous faire peur, moins on a peur. Plus tu nous fais tomber, plus forts on se relève. Plus tu nous matraques, mieux on s’organise. Plus tu nous encercles, plus on est solidaires. Ma tendre hypocrite, tu devrais avoir peur ! Hurle et crie ! Crie et hurle ! Mais ne t’étonnes pas que nous restions sourds à tes jérémiades. Ma douce hypocrite, je ne t’aime pas comme tu es. Je ne t’aimerais pas tant que tu resteras ainsi. Je t’aimerai quand tu m’aimeras. Je ne suis pas masochiste. Je ne suis pas fou. Je voudrais juste entendre ton mea culpa. Ma douce, je voudrais que tu me regardes dans les yeux pour m’avouer que tu ne m’aimes pas, après cela nous pourrons causer identité nationale et bla bla bla.

Ma douce ne soit pas lâche, dis-le moi que tu ne m’aimes pas et qu’on en finisse !

Thagrawlith

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.