La librairie indigène

L’Etat et les quartiers : Genèse d’une catégorie de l’action publique

Les émeutes de l’automne 2005 ont remis la  » question des quartiers sensibles  » à l’ordre du jour. Mais quelles sont les causes de cette explosion ? Pour le comprendre, il ne suffit pas d’enquêter sur ces quartiers, il faut aussi analyser d’où viennent les concepts et les catégories qui ont servi à interpréter le  » problème  » et à formuler des solutions. Cette généalogie nous renvoie à la construction, entre le milieu des années 1980 et le milieu des années 1990, de la catégorie de  » quartiers sensibles « . Que cache cette expression ? Une réforme fondée sur les politiques de  » participation  » : priorité est donnée au lien social, à la solidarité locale, à la capacité des habitants à restaurer une vie commune et de la convivialité, plutôt qu’à l’action publique contre la pauvreté, les inégalités socio-économiques et les discriminations. Cette redéfinition des priorités n’affecte pas seulement les quartiers. Le livre de Sylvie Tissot montre qu’elle est un élément majeur de la réforme qui voit la place et les fonctions de l’Etat social remises en cause depuis vingt ans.

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.