Une victoire pour le PIR

Les Français de souche n’existe pas selon la justice

arton1586

Un échec cuisant pour l’Agrif et ses supporters, une victoire importante pour les véritables antiracistes qui dénoncent la conception raciale de l’identité française. Lors du procès, l’association nationale-identitaire a été incapable de définir qui sont les « Français de souche », or s’il n’y a pas de victime, il n’y a pas de délit. Cette expression nous dit le jugement « n’est en aucun cas un acquis validé par la recherche scientifique », « surgit réellement dans les discours officiels à l’attention des Français installés à l’étranger et plus particulièrement à ceux d’Algérie auxquels s’adressait le général de Gaulle » et « va prendre son essor dans les années 80 sur un mode néo-raciste avec la politisation de la question de l’immigration et des enfants de l’immigration que cet artifice de langage tend à matérialiser en race définie en creux ». Ceci n’est pas anodin. Houria Bouteldja a par conséquent été relaxée.

Sans surprise, l’Agrif a décidé de faire appel du jugement. Cet appel ne peut porter que sur les dispositions civiles (dommages et intérêts). Et voilà que le parquet, qui avait successivement classé sans suite la plainte de l’Agrif et requis la relaxe lors de l’audience, vient de faire appel à son tour. Résultat : Houria Bouteldja sera jugée à nouveau au pénal par la Cour d’appel de Toulouse.

Le PIR

Lire également cet article sur le site de Bakchich

Ce contenu a été publié dans Actualités, Actus PIR. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.