Communiqué

Le Parti de gauche et le déni de l’islamophobie

arton1715

Bien que n’étant pas initiateurs de l’« opération banane » à savoir la remise tout à fait pacifique et humoristique de son Y’a Bon Award à Caroline Fourest lors d’un débat qui devait se tenir à la fête de l’Humanité « Comment lutter contre le FN ?», le PIR ainsi que le site Oumma.com, ont été selon une pratique de packaging raciste bien connue, violemment mis en cause à la fois par Caroline Fourest et par un communiqué du Parti de Gauche. Tous deux mentant effrontément dénoncent les militants anti-racistes comme étant de prétendus opposants au « blasphème ». Ce faisant, ce même communiqué apporte une caution totale aux affabulations de celle qui affirme avoir reconnu de « violents islamistes radicaux » parmi ses contradicteurs.

Ce communiqué est un aveu. En effet reprenant un des thèmes favoris de la rhétorique Fourestienne, il joint au mensonge, le négationnisme, « Le terme d’islamophobe ne fait pas partie de notre vocabulaire » dit-il. Une affirmation infâme qui porte une atteinte inadmissible à la dignité de tous ceux qui à travers le monde et précisément en Europe sont offensés, interdits de travail ou d’école ou pire sont assassinés du fait de l’islamophobie, c’est à dire pour le seul crime d’être musulman ce qui est l’exacte définition de ce racisme dont toutes les instances internationales s’accordent à dénoncer la progression inquiétante.

Nous posons la question : comment le PG prétend-il lutter contre le Front national alors qu’il partage certaines de ses idées ? En effet est-il nécessaire de lui rappeler que la négation de l’islamophobie, la dénonciation de tout militant anti islamophobie comme étant un « islamiste extrémiste » , la justification de l’usage de la force publique contre les prières dans la rue à Barbès comme l’a fait Jean-Luc Mélenchon en direct à la télévision mais aussi le fait de qualifier de « barbares » les révoltés des quartiers populaires d’Amiens sont des prises de position qui n’ont rien à envier à celles du FN et à la pensée coloniale.

Le fait que par delà les clivages politques traditionnels, de Lutte Ouvrière au groupe d’extrême droite des Identitaires, en passant par le Modem, une véritable meute islamophobe a immédiatement apporté son soutien à la version des faits de Caroline Fourest montre bien les forces à l’oeuvre dans la société française et l’agressivité de ce front islamophobe auquel doivent répondre les militants anti-racistes. Ceux-ci doivent mener la bataille pour que soit reconnue et assumée la lutte contre l’islamophobie, à laquelle feu Mouloud Aounit a consacré une bonne partie de son activité militante mais aussi pour que soient dénoncés les faussaires qui prétendent combattre le FN tout en propageant ce racisme respectable sous couvert de critique de l’Islam.
Contrairement aux apparences, le combat contre celle-ci se renforce et redessine les frontières d’un véritable antiracisme. Car en dépit de toute la hargne et la bassesse de nos ennemis, mais surtout de leur position de pouvoir, le camp de l’antiracisme se clarifie chaque jour un peu plus et donne raison à la foi et à la détermination de ses militants. Un antiracisme pris en charge directement par ceux qui le subissent.

Le PIR

Lire également :

Caroline Fourest à la Fête de l’Huma : notre version des faits, côté « Indivisibles » Bader Lejmi et Myrto S.

Caroline Fourest, l’incendiaire qui crie « au feu! », Saïd Bouamama et Pierre Tevanian

Ce contenu a été publié dans Actualités, Actus PIR. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.