10 ans plus tard

Le nouvel ordre mondial a dix ans

arton1428

Une décennie après les attentats qui ont détruit les tours du World Trade Center, tous les médias français se sont mis à l’heure américaine. Un élément était systématiquement absent des commentaires : à la suite du 11 septembre 2001, les États-Unis se sont engagés dans une nouvelle politique impérialiste, qui a fait bien plus de victimes à travers le monde, et la peur du terrorisme domine encore les débats publics.

Dix ans. Le 11 septembre 2001, quatre avions étaient détournés dans le ciel des États-Unis. Deux d’entre eux allaient dévaster les tours du World Trade Center. Au total, 3000 personnes ont péri ce jour là, au cœur de la capitale économique de la principale puissance mondiale. Conformément au mode de fonctionnement des médias français, aucun n’a manqué de commémorer cet épisode dramatique avec force éditions spéciales et émotions. La rédaction de la radio publique France Inter s’étant même déplacée à New York pour l’occasion. L’idée dominante avait déjà été émise il y a dix ans, par Jean-Marie Colombani, alors à la tête du quotidien Le Monde : « Tous Américains ! »

L’émotion a pris toute la place dans les commentaires. La seule analyse a portée sur le développement de l’Etat sécuritaire à travers l’Occident, dans un climat de violente islamophobie. Mais, les médias ont soigneusement évité de donner la parole aux organisations de défense des droits de l’Homme. Leurs messages sont pourtant éclairants. Ainsi, l’Union américaine pour les libertés civiles (ACCLU), l’équivalent de notre Ligue des droits de l’Homme, se montre sévère : « Nous ne pouvions pas imaginer que dans la décennie qui allait suivre (les attentats du 11 septembre), notre pays s’engagerait dans des politiques qui défient directement les valeurs américaines et mineraient notre Constitution. » L’ACCLU met particulièrement en cause l’acceptation de la torture, des assassinats ciblés, du camp de détention de Guantánamo, d’un gouvernement se permettant de multiplier les activités d’espionnage de ses propres citoyens, ou encore une législation d’exception donnant la possibilité de détenir pour une période indéterminée des non ressortissants, sans aucune charge précise, sur la simple suspicion de leur participation à des activités terroristes ou de liens même supposés avec des organisations terroristes.

EN GUERRE CONTRE LES LIBERTES

Human Right Watch est une autre organisation américaine qui fait référence en matière de défense des droits humains. Elle déplore la volonté de Barack Obama de « regarder en avant et non pas en arrière », mettant ainsi fin à la torture tout en refusant de poursuivre devant les tribunaux les responsable de cette politique. « Cette incapacité à faire respecter l’État de droit risque de transformer les délits flagrants que sont la torture et d’autres graves violations de droits humains en options politiques permises », prévient Human Right Watch.
Plusieurs rapports d’Amnesty International, d’Human Right Watch et du Conseil de l’Europe ont mis à jour un système international d’enlèvements. Des individus suspects aux yeux des autorités américaines étaient transférés à travers des pays d’Europe, via les bases militaires américaines, puis mis au secret et torturés dans des pays comme la Libye ou l’Égypte. Ces rapports n’ont intéressé aucun grands médias français. La FIDH souligne que la guerre contre le terrorisme a permis à de nombreux États autoritaires d’adopter des législations encore plus dures pour réprimer leurs opposants et criminaliser toute forme de protestation sociale, comme en Égypte par exemple. Avec l’actuel occupant de la Maison Blanche, toutes formes de pressions pour une libéralisation – même cosmétique – du régime de Moubarak se sont évanouies. Avant son discours sur le renouveau des liens entre les américains et le monde arabe, à l’université du Caire en 2009, Barack Obama avait déclaré à la presse qu’il voyait en Hosni Moubarak « une force pour la stabilité et le bien » au Moyen-Orient, « un allié fidèle des États-Unis ».([Hopes and prospects, Noam Chomsky, Penguin, Londres, 2010)]

AFGHANISTAN, IRAK, PALESTINE

Le renouveau de la politique impériale des États-Unis n’a pratiquement pas été abordé en France. A la suite des attentats perpétrés sur son sol, la première puissance mondiale a augmenté de façon drastique ses dépenses militaires : chaque année, les États-Unis gaspillent 500 milliards de dollars en armement, autant que le reste du monde. Un chiffre à comparer aux dépenses nécessaires pour atteindre les Objectifs du millénaire fixés par les Nations Unies. Selon l’OCDE, il suffirait de 50 à 100 milliards de dollars par an pour réduire la pauvreté dans le monde, ainsi que la faim et la mortalité infantile, tout en assurant une éducation primaire pour tous et l’amélioration de la santé maternelle. Ces sommes permettraient aussi de lutter contre le SIDA, de préserver l’environnement et d’améliorer l’égalité entre hommes et femmes. Les Objectifs du millénaire ne seront pas atteint en 2015, contrairement aux ambitions initiales, par manque d’argent…
Les grands absents des commémorations du 11 septembre sont sans aucun doute les victimes des guerres menées par les États-Unis et ses alliés. Aucune rédaction n’est allée à Gaza, dont la tuerie de 2008/2009 n’a pu avoir lieu qu’en raison du soutien inconditionnel donné par Washington – tant par les Républicains que par les Démocrates – à la politique israélienne depuis 2001. Les médias français n’ont rien dit non plus sur le très probable million et demi de morts en Irak, principalement des civils([L’enquête la plus complète est celle menée par le Lancet, la très renommée revue britannique de médecine. Elle estimait à 600.000 le nombre de victimes irakiennes. C’était en 2006, soit avant les grandes offensives de l’année 2008. Pour en savoir plus sur ces chiffres dix fois supérieurs à ceux utilisés par les médias français, voir Just Foreign Policy)] , ni sur les millions d’Irakien forcés à fuir leur pays, ni sur le pillage d’un patrimoine culturel sans comparaison. Aucun journaliste français ne s’est recueilli sur les 500.000 enfants morts sous l’embargo anglo-américains durant les années 1990(L’Irak apparaît comme un pays martyr. Sans compter les victimes (Kurdes, Chiites, etc) de la terreur perpétrée par Saddam Hussein avec la complicité des occidentaux, il faut ajouter aux chiffres mentionnés plus haut les 100.000 soldats tués lors de l’offensive occidentale de 1991 et les 500.000 morts de la guerre contre l’Iran, menée avec le soutien de la France, du Royaume-Uni et de Washington. Aucune rédaction française n’est allée à Bagdad – ou à Koweit City pour plus de sécurité – pour commémorer ces victimes dont le nombre est sans commune mesure avec celles du World Trade Center.). En Afghanistan, après dix années d’occupation qui ont vu les occidentaux se retourner contre les talibans, 15.000 civils ont trouvé la mort. Toutes les victimes en Irak et en Afghanistan ne sont pas le fait direct de l’armée américaine, mais elles n’auraient certainement pas eu lieu si la Maison blanche n’avait décidé d’envahir ces deux pays. Aux yeux de l’universitaire Noam Chomsky, « Bush et ses associés ont commis le crime suprême aux yeux du droit international, le crime d’agression. Ce crime a été défini clairement par le procureur américain lors du Tribunal de Nuremberg (…) » : un État agresseur est celui qui commet « une invasion par ses forces armées, avec ou sans déclaration de guerre (…). Le crime d’agression comporte en lui tous les autres crimes de guerre. »

Olivier Vilain

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.