En présence de Joby Valente, Mardaye Tony et Guy Guioubly.

Le MIR rend hommage à Aimé Césaire

arton145

DIMANCHE 20 AVRIL A 18h30 A LA MAISON VERTE

127, rue Marcadet , metro Lamarck-Caulaincourt ou Jules-Joffrin

*Il sera lu un texte inédit de Raphaël Confiant en hommage au grand poète

*Un groupe de chanteurs antillais ‘Séchou’ sera présent et interprétera des chants anticolonialistes et dira un conte de Léon Gontran Damas.

AIME CESAIRE N’EST PAS MORT

AIME CESAIRE EST RETOURNE AU PAYS NATAL…

« Donc, camarade, te seront ennemis – de manière haute, lucide et conséquente – non seulement gouverneurs sadiques et préfets tortionnaires, non seulement colons flagellants et banquiers goulus, non seulement macrotteurs politiciens lêches-chèques et magistrats aux ordres, mais pareillement et au même titre, journalistes fielleux, académiciens goitreux, endollardés de sottises, ethnographes métaphysiciens et dogoneux, théologiens farfelus et belges, intellectuels jaspineux, sortis tout puants de la cuisse de Niestzche ou chuté calenders-fils-de-Roi d’on ne sait quelle Pléiade, les paternalistes, les embrasseurs, les corrupteurs, les donneurs de tapes dans le dos, les amateurs d’exotisme, les diviseurs, les sociologues agrariens, les endormeurs, les mystificateurs, les baveurs, les matagraboliseurs, et d’une manière générale, tous ceux qui, jouant leur rôle dans la sordide division du travail pour la défense de la société occidentale et bourgeoise, tentent de manière diverse et par diversion infâme de désagréger les forces du Progrès – quitte à nier la possibilité même du Progrès – tous suppôts du capitalisme, tous tenants déclarés ou honteux du colonialisme pillard, tous responsables, tous haïssables, tous négriers, tous redevables désormais de l’agressivité révolutionnaire. » (Aimé Césaire, Discours sur le colonialisme.)

(20 avril 2008)

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.