Ecoeurant

Jean d’Ormesson au Rwanda, un touriste ravi.

arton271

Ahurissant le racisme et la bonne conscience de Jean d’Ormesson. Ecrivaillon à grand succès, certain de la complicité et de la bienveillance du milieu médiatique – et sans doute de son public -, il peut écrire ce qu’il veut sans risquer le moindre reproche. Avec un peu de retard, on vous offre un article de Katagama qui cite quelques morceaux d’une prose qui donne la nausée.

Impossible d’y échapper. Jean d’Ormesson vient de sortir un livre, il est inévitable dans les médias français : Le Grand Journal (Canal +), Salut les Terriens (Canal +), On n’est pas couché (France 2), Vivement Dimanche (France 2), Le fou du roi (France Inter)… Dominique Bona a écrit dans Le Figaro du 09 octobre 2008 «Lire chaque soir une page de Jean d’Ormesson : dans ce temps de crise, c’est le seul remède. Les médecins devraient le prescrire aux Français qui n’ont plus le moral. Les banquiers déprimés, les patrons anxieux et les boursicoteurs mélancoliques retrouveraient leur bonne humeur. L’effet en est immédiat. On est aussitôt requinqué, tonifié et prêt à chanter avec lui que « la vie est belle » – l’une de ses phrases préférées, mais aussi le titre d’un des plus beaux chapitres de son nouveau livre. »

Pourtant, chaque fois que je tombe sur lui, je me sens mal, et je n’ai pas envie de chanter que « la vie est belle ». Un jour un ami surpris me demanda pourquoi je ne le supportais pas, pour lui il n’était qu’un inoffensif vieil homme cabotin et narcissique. Peu de Français le savent mais Jean d’Ormesson est plus que cela. Il est un pionnier. A l’heure où les premiers touristes de l’espace cherchent des sponsors pour se payer leur rêve, Jean d’Ormesson a été il y a quatorze ans, le premier touriste à aller voir un génocide de ses propres yeux. C’est sponsorisé par Le Figaro qu’il est parti au Rwanda en juillet 1994, escorté de sa «nounou», le lieutenant-colonel Bolelli (1) afin de ne pas manquer le dernier génocide du XXème siècle : l’extermination des Tutsi du Rwanda. Personne ne saura comment cet écrivain a pu convaincre Le Figaro de rejoindre au Rwanda comme «envoyé spécial» les trois grands reporters chevronnés, Patrick de St Exupéry, François Luizet et Renaud Girard que le journal avait déjà sur place.

A 69 ans Jean d’Ormesson découvrait le Rwanda. Il en a rapporté trois articles publiés les 19, 20 et 21 juillet 1994 dans Le Figaro. Jean d’Ormesson de l’académie française n’épargne pas ses lecteurs de toutes les inepties sur les Rwandais et sur le Rwanda que vraisemblablement le service d’information de l’armée française (SIRPA) lui a gentiment fourni :

«les Tutsis parlent anglais et swahili. Les Tutsis seraient grands, élégants, rapides, organisés. Les Hutus seraient petits et moins bien physiquement. Il n’est pas impossible que les Tutsis aient des origines nilotiques. Ils rappellent à certains égards le type égyptien. On a pu dire que les Tutsis jouaient le rôle des Israéliens et les Hutus, celui des Palestiniens. On a même avancé, avec un peu trop de subtilité, que les Hutus ne veulent pas tuer – mais qu’ils tuent; et que les Tutsis veulent tuer – mais qu’ils se contrôlent.

«Un pas de plus et on passe à la conviction que le FPR, mélange de fascisme, de marxisme et de Khmers rouges, est tout simplement l’ennemi.»

«S’il faut tirer une leçon du Rwanda, c’est que les hommes sont tous coupables et qu’ils sont tous innocents.»

Malheureusement Jean d’Ormesson ne s’est pas arrêté au ridicule de ces lignes. L’insupportable a suivi. Lorsque je détourne mon regard de cet écrivain, c’est parce que je n’oublie pas les miens exterminés au Rwanda et que, Jean d’Ormesson de l’académie française, apparemment tout excité par son expérience de premier touriste du génocide, les a gravement insultés en écrivant ceci :
«Sortez vos mouchoirs :il va y avoir des larmes. Ames sensibles s’abstenir : le sang va couler à flot sous les coups de machette.»

«Partout, dans les villes,dans les villages, dans les collines, dans la forêt et dans les vallées, le long des rives ravissantes du lac Kivu, le sang a coulé à flots – et coule sans doute encore. Ce sont des massacres grandioses dans des paysages sublimes.»

Des massacres grandioses dans des paysages sublimes… le touriste Jean d’Ormesson a été comblé. Et en plus il a eu beau temps.

(1) Ma nounou est colonel. Avec une efficacité, une patience, une amitié merveilleuse, le lieutenant-colonel Bolelli ne s’est pas contenté de me couvrir de chandails et de parkas, car il fait froid la nuit sous l’équateur à 1500 mètres d’altitude. Jean d’Ormesson, Le Figaro, 21 juillet 1994.

Nota : La «nounou» de Jean d’Ormesson est une figure des services de renseignement français. Le lieutenant-colonel Didier Bolelli est aujourd’hui général de division, il fut le responsable des opérations de la DGSE (Direction Générale de la Sécurité Extérieure) . Depuis le 18 juin 2008 il est directeur de la DPSD (Direction de la protection et de la sécurité de la défense), l’ ancienne sécurité militaire.

Source : http://kagatama.blogspot.com/2008/10/jean-dormesson-au-rwanda-un-touriste.html

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.