Manière de faire

Je ne porterai pas l’étoile verte

arton1301

Plus qu’une faute morale, ce serait une faute politique.

Je comprends les promoteurs de cette initiative (http://www.liberation.fr/politiques/01012328312-un-ex-conseiller-de-sarkozy-appelle-les-musulmans-a-porter-une-etoile-verte) mais je n’en partage pas l’esprit. Certes, la haine anti-musulmane va crescendo. Notre désarroi est immense. Le consensus islamophobe s’enracine à tel point que même une Marine Le Pen peine à se distinguer. D’André Gérin, élu communiste, initiateur du débat sur la burqa, jusqu’aux éructations, approuvées par Jean-Luc Mélenchon, de la présidente du FN sur ces musulmans qui « occupent » l’espace public, en passant par Martine Aubry, qui, pathétiquement retire son soutien à un appel contre l’islamophobie au prétexte que Tariq Ramadan l’a signé, plus que jamais, les musulmans sont livrés à la vindicte populaire. Musulmans et habitants des quartiers sommes d’autant plus isolés qu’on ne voit guère poindre à l’horizon politique le début du commencement d’une résistance large, organisée et déterminée contre les vieux démons de la France. A savoir, une résistance radicalement anti-raciste, en d’autres termes, DECOLONIALE.

C’est vrai, sous nos cieux, la stratégie est connue. D’abord stigmatiser une cible et l’isoler du corps de la société pour mieux l’écraser ensuite. La seconde guerre mondiale, que je préfère appeler « guerre européenne », a été le théâtre tragique d’un génocide précédé par de longues années d’oppression et de persécutions des juifs. Certes, nous n’en sommes pas là mais le climat est délétère. Et Dieu seul sait ce qui adviendra de nous dans les prochaines années si la contre offensive ne s’organise pas.

Pour autant, le port d’une étoile verte est, je le répète, une faute morale et politique. En effet, la brandir n’est pas seulement faire de la provocation (ce qui ne me gène pas) ou même engager un bras de fer victimaire (plutôt obscène) avec les juifs mais c’est surtout abonder dans le sens de tous ces faiseurs d’histoire pour qui la destruction des juifs d’Europe est l’étalon universel de la souffrance humaine. C’est reprendre à son compte le mythe de l’unicité de la « Shoah » (que je préfère appeler « génocide ») comme fait a-historique postulant le sort des juifs comme référence suprême de la souffrance humaine. Y aurait-il une hiérarchie dans les crimes contre l’humanité ? Des génocides plus égaux que d’autres ? Or, c’est bien cette interprétation du destin des juifs qu’agitent les propagandistes de l’État d’Israël.

Une question à celles et ceux qui vont manifester avec l’étoile verte : Pourquoi faut-il toujours hallaliser la lutte contre l’islamophobie en convoquant l’antisémitisme ? Ne se justifie-t-elle pas en soi ? Mais surtout, comment faire reconnaitre la légitimité de la lutte des Palestiniens si, implicitement, vous participez à donner corps à l’argument principal qui fonde l’idéologie sioniste ?

Houria Bouteldja

Ce contenu a été publié dans Actualités, Actus PIR, Houria Bouteldja. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.