Répression féroce

Dérapages et répression policière contre trois militants solidaires de la cause palestinienne à Lyon

arton605

Une manifestation pacifique contre le rehaussement des relations économiques, politiques et culturelles de la France avec Israël s’est tenue le mercredi 17 juin 2009 devant l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, cette rencontre s’est terminée par une répression policière à l’encontre de trois militants solidaires de la cause palestinienne.

Le rehaussement souhaité par la Chambre de Commerce France- Israël s’est discuté lors d’une conférence intitulée: «TECHNION: des pépinières d’entreprises pour innover et réussir» avec comme dispositif de sécurité cinq fourgons de CRS et trois véhicules de la Brigade Anti Criminalité… une conférence hautement sécurisée.

En effet, les chercheurs israéliens de l’université TECHNION ont droit à l’importation en France des technologies militaro-industrielles (en outre la fabrication de drones qui se trouve être l’arme de la lâcheté israélienne), c’est donc cette technologie qui c’est abattue sur 1400 martyres palestiniens lors de l’offensive criminelle sur GAZA en décembre/janvier dernier.

Les faits : une manifestation pacifique tourne mal.

C’est à la suite de provocations des participants à cette rencontre (doigts d’honneurs à plusieurs reprises, injures raciales contre les manifestants), couverts derrière un mur de policiers avertis et suréquipés que les manifestants se sont retrouvés dans une atmosphère agressive.

Sans aucune violence à l’égard des forces de l’ordre, trois sympathisants à la cause palestinienne ont été brutalement interpellés, sans sommations préalables. Les arrestations ont été arbitraires et faites sur un délit de faciès avoué plus tard par un policier.

Aucune explication n’a été fournie de la part des services de police.

Placés en gardes à vue, ces sympathisants passeront la nuit de mercredi à jeudi à l’hôtel de police Marius Berliet dans le 8ème arrondissement de Lyon pour être relâchés le jeudi 18 juin aux environs de 17h. Ces trois militants sont maintenant accusés de jet de projectiles et rébellion, un policier nous à même avancé qu’il y aurait eu une pierre jetée en leurs direction, des accusations mensongères qui peuvent avoir une conséquence puisque nos trois amis militants comparaîtront en janvier 2010 devant le tribunal pour un délit qu’ils n’ont pas commis.

A travers ces interpellations musclées et disproportionnées c’est le droit à exprimer notre opposition au partenariat militaire franco-israélien qui est criminalisé. Ce partenariat universitaire entre l’E.N.S. et cette université scientifique israélienne fait de la France un allié de la politique guerrière d’Israël soutenant par ailleurs aussi la politique coloniale (l’annexion de Jérusalem-Est et la construction de la ligne du tramway d’apartheid par l’entreprise française Alstom).

C’est contre ce partenariat que nous manifestions. Or, les forces de l’ordre par leur brutalité se sont inscrites dans un processus de répression, directement lié à la politique sioniste de la France. Depuis plusieurs années c’est cette alliance avec Israël qui contrevient aux principes fondateurs de la République française: respect des Droits de l’Homme, liberté d’expression… On constate ainsi que les militants pour la justice et la paix sont affligés et les agresseurs protégés par notre belle république française.

Honte aux institutions françaises qui n’ont tiré aucune leçon de la période de Vichy… lorsque la collaboration avec l’Etat nazi était admise.

Nous demandons par le présent communiqué:

L’arrêt immédiat des poursuites judiciaires à l’encontre des trois militants.

Génération Palestine Lyon peut être contacté à l’adresse suivante:

Génération Palestine Lyon
Campus Initiatives
25, rue Jaboulay
69007 Lyon
Tél : 04 37 65 78 53
gp_lyon@yahoo.fr

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.