Deuil

Décès du combattant Abou Daoud

arton1033

Abou Daoud, le combattant de la résistance palestinienne qui avait planifié l’attaque meurtrière contre des athlètes israéliens aux Jeux olympiques de Munich en 1972, est décédé de maladie à l’âge de 73 ans en Syrie.

Abou Daoud est mort d’une insuffisance rénale, ce samedi, une journée après qu’il ait été admis à l’hôpital Andalus à Damas, a déclaré sa fille Hana Oudeh à l’AP (Associated Press).

Daoud, de son vrai nom Mohammed Daoud Odeh, « était malade et est décédé ce matin », dans la capitale syrienne, où il vivait, a déclaré également un responsable palestinien à l’AFP (Agence France Press).

Les funérailles d’Abou Daoud devraient avoir lieu après la prière, cet après-midi au cimetière des martyrs dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, dans la banlieue sud de Damas.

Daoud était surtout connu pour avoir organisé l’attentat en Allemagne, qui s’était terminé par la mort de 11 athlètes israéliens.

Il était un des responsables de l’organisation Septembre Noir, issue de la faction du Fatah de Yasser Arafat, le défunt leader palestinien. Cette organisation avait été créée pour venger l’expulsion (et le massacre) des combattants palestiniens de Jordanie en 1970.

Deux athlètes israéliens avaient été tués au moment de l’assaut (dans le complexe olympique), et neuf autres sont morts dans une tentative ratée de sauvetage par la police allemande.

Un policier allemand et cinq combattants palestiniens avaient également été tués.

Vague d’assassinats

L’attaque de Munich a entraîné une vague d’assassinats de hauts responsables palestiniens par les agents du Mossad israélien.

Daoud a revendiqué la responsabilité de l’attaque de Munich, dans son livre Palestine, de Jérusalem à Munich, publié en 1999.

Un communiqué de presse de ses éditeurs à l’époque, disait qu’Abou Daoud « admettait l’entière responsabilité d’avoir organisé et mené l’attaque contre les athlètes israéliens au cours des Jeux Olympiques de 1972 à Munich ».

Abou Daoud a maintes fois insisté sur le fait que l’attaque de Munich n’était « pas un acte terroriste ».

« Nous étions en guerre avec Israël », déclarait-il à Al Jazeera en 1999.

Des athlètes israéliens qui étaient des militaires

« Notre objectif n’était pas des civils. Nous avons ciblé des athlètes qui, en réalité, étaient des officiers et des soldats israéliens. Toute personne en Israël est un réserviste de l’armée. »

Dans une entrevue accordée en 2006 à l’AP, Oudeh expliquait que les événements de Munich ont été un point tournant pour les Palestiniens et a rejeté le terme de « terroristes » pour qualifier les combattants palestiniens.

« Avant Munich, nous étions tout simplement des terroristes. Après Munich, au moins les gens ont commencé à se demander qui sont ces terroristes ? Que veulent-ils. »

« Avant Munich, personne n’avait la moindre idée sur la Palestine. »

Une vie en exil

Né à Jérusalem en 1937, Oudeh y a vécu jusqu’en 1967, jusqu’à ce qu’Israël ait conquis la partie orientale de la ville.

Chassé de Jérusalem, il s’est alors établi en Jordanie où il a rejoint l’OLP.

Après l’attaque de 1972 à Munich, Oudeh a vécu en Europe orientale, puis au Liban jusqu’à ce que la guerre civile libanaise éclate en 1975.

Il revint en Jordanie, puis s’établit à Ramallah en Cisjordanie en 1993, après que les Palestiniens aient signé les accords d’Oslo avec Israël.

Mais après la publication de son livre sur Munich en 1999, Israël lui a interdit de rentrer à Ramallah après un voyage en Jordanie. Il s’est alors installé en Syrie.

SOURCE : Info-Palestine

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.