Comprendre le colonialisme et le racisme : le cas d’Alain Soral

soral_crs

Rien de mieux qu’un exemple concret pour expliquer ce qu’est le racisme et le colonialisme. Prenons le cas d’Alain Soral, un célèbre gourou sur le web qui « fait du buzz » et de l’argent grâce à ses « explications » sur le système.

Qui est Alain Soral ?

Alain Soral est un manipulateur intelligent, qui a commencé en faisant de la télévision (on a tous le droit de faire des erreurs). Parait-il ancien militant au Parti Communiste Français, il s’improvise comme pseudo-sociologue sur les plateaux télé, et devient l’idéologue de Dieudonné lorsque ce dernier fut lynché médiatiquement à cause d’un sketch sur les colons israéliens chez Fogiel en 2003.

La difficulté d’exprimer un point de vue antisioniste dans les médias et dans la rue en France est une réalité que personne ne peut nier, tant certaines associations qui défendent la politique israélienne savent mettre une énorme pression contre quiconque ose remettre en doute la légimité des actions d’Israël, en accusant les anticolonialistes d’être antisémites. En revanche, si la politique française se fait complice de la colonisation Israélienne, c’est parce-que les deux sont liées historiquement, idéologiquement et économiquement, et non pas parce-que un complot dirigerait la France… Et le PS n’y fait pas exception, bien au contraire.

Mais tomber dans la paranoïa, voir le lobby sioniste partout, lui imaginer des pouvoirs qu’il n’a pas, et se moquer du génocide juif, cela n’a rien à voir avec l’antisionisme.

Ce terme « sioniste », Alain Soral l’emploie – souvent – pour parler des juifs, car en définitive il ne s’oppose pas au projet colonial sioniste en Palestine en lui-même. Il vous dira que c’est faux, mais tous ceux qui connaissent bien son discours savent qu’il est obsédé par le complot des banquiers juifs de Wall Street…  Au final, Soral fait exactement la même chose que les sionistes : entretenir la confusion entre judaïsme et sionisme. (Pour comprendre ce qu’est réellement le sionisme, voir cette vidéo ou celle-ci et celle-là)

Soral instrumentalise le lobbying des sionistes (qui veulent faire taire toute voix pro-palestinienne) pour montrer que c’est « eux » qui contrôlent le système. Il pointe aussi du doigt le « deux poids deux mesures » concernant la lutte contre l’antisémitisme : les actes antisémites sont pris plus au sérieux que les actes islamophobes ou négrophobes. C’est ce que les médias et le pouvoir peuvent souvent laisser penser, et c’est malheureusement une réalité dans les faits, quand un acte antisémite fait la Une des journaux alors qu’un acte islamophobe est à peine mentionné… Soral sait très bien s’en servir comme preuve pour ses théories conspirationnistes.

Pour rassembler ses disciples, en 2007, il va créer sa secte son association « Égalité et Réconciliation », qui aujourd’hui fait partie des sites d’extrême-droite les plus visités sur le web. Sa ligne politique : plaire aux jeunes des quartiers populaires qui sont légitimement enragés par les injustices qu’ils subissent, et les orienter pour qu’ils votent Front National (comme SOS Racisme le faisait pour le PS dans les années 80, avec la récupération de la marche pour l’Égalité), parti politique dont il a été un membre important pendant quelques temps, avant de le quitter parce-qu’on lui a refusé la place de tête de liste aux européennes de 2009. Il fondra alors avec Dieudonné et d’autres, la « Liste Antisioniste ». Aujourd’hui, il semble s’orienter vers un nouveau parti, « Réconciliation Nationale », car en ce moment le Front National montre un peu trop que le nationalisme français et le nationalisme israélien font parti du même projet de domination par l’Occident (Israël n’est pas autre chose qu’un morceau de l’Occident implanté en Palestine).  D’ailleurs, connaissant les manipulations de Soral depuis quelques années, il ne serait pas étonnant que son nouveau parti n’ait pour objectif que de se faire interdire par le pouvoir, dans le but de faire du buzz… (« Le système nous interdit parce-qu’on dit la vérité ! »)

Ce Alain Soral ne peut pas éviter cependant quelques contradictions : quand par exemple il essaie de se faire passer pour un « anti-système », tout en étant l’ami de la police raciste de l’État français qui humilie et assassine des noirs et des arabes dans les quartiers populaires.

soral_crs

L’attaque préférée de Soral contre ceux qui le contredisent : dire que ces derniers sont complices ou font parti d’un complot sioniste ou franc-maçonnique (ou autre variation, selon son humeur). Mais parfois il ne se contrôle pas et se lâche en traitant les gens de « pédé », « juif »… (d’après les propos de Jean-Marie Le Pen, pourtant pas un très grand anti-raciste). Son Ego sur-dimensionné ne supporte pas qu’on lui refuse quoique ce soit. Et malheur à celui ou celle qui refuse de lui obéir, surtout si il ou elle est noir. Dernièrement Soral a voulu mettre une top-model noire dans son lit, mais quand elle a refusé, voici le genre de choses qu’il lui a dit :

textos soral

 

Pourquoi Alain Soral est-il raciste ?

Le racisme ce n’est pas « ne pas aimer » quelqu’un à cause de sa couleur de peau, ce n’est pas ne pas vouloir parler à quelqu’un en raison de son origine. Durant l’esclavage, le maître blanc pouvait très bien vivre aux côtés de noirs, et leur parler, sans que cela ne lui pose problème.
Le racisme est un système de domination historiquement construit (par l’esclavage et la colonisation), basé sur des privilèges et des discriminations en fonction de la race. La race étant une construction sociale qui peut être basée sur plusieurs caractéristiques : couleur de peau, religion, culture, langue, accent…

Alain Soral nie fondamentalement que c’est le groupe des blancs qui domine en France (socialement, économiquement, politiquement). Ce qu’il dit encore et encore, c’est que lui et la majorité des français aujourd’hui ne sont pas responsables de la colonisation. Or, celui qui comprend bien le racisme comprend qu’il n’y a pas « besoin » d’être responsable de la colonisation pour en tirer des privilèges en tant que français blanc.  Et aujourd’hui, que Soral et les racistes le veuillent ou non, le racisme hérité de la colonisation profite aux blancs, et stigmatise, infériorise et discrimine des non-blancs racisés (dans l’accès au travail, au logement, à l’éducation…). L’élite française est blanche dans son écrasante majorité (il n’y a qu’à regarder la « couleur » de l’assemblée nationale, des conseils d’administration dans les entreprises, et de comparer avec les personnes en prison, en France ou à La Réunion).

Soral se sert du lobby « sioniste » comme d’un faux prétexte, comme d’un ennemi commun (stratégie du bouc-émissaire), pour « rassembler » et protéger la France d’une future guerre entre communautés ou « choc des civilisations ».  Mais dans le monde réel, ce qui crée des tensions au sein du peuple, c’est l’État raciste (et ceux qui portent son discours), qui attise la haine contre les immigrés, les musulmans, les Rroms, les noirs, et cela au profit de la communauté majoritaire et dominante à laquelle Alain Soral appartient, la communauté blanche.

Soral1

Pour Soral (et tous les autres racistes), les noirs et les arabes peuvent être acceptés en France si ils sont bien assimilés, si ils respectent les maîtres blancs, si ils ne parlent pas de « réparations pour l’esclavage et la colonisation » (une attaque contre le système raciste !), et qu’ils font ce que Soral leur dit de faire. Pas question de parler des massacres commis par la France dans ses colonies ou sur le territoire français. Il faut garder l’honneur de la France intacte….

Alain Soral qualifie le massacre du 17 Octobre 1961 de « Shoah du pauvre » (à 3min20) :

 

Extrait d’émission sur Radio Gazelle (Marseille) du 24/10/2014 (trouvé sur le site d’Égalité et Réconciliation)

Cet extrait audio est à l’image de Soral :
« Je dis que le PS a manipulé les jeunes maghrébins, mais je fais pareil.
Je dis que les certains veulent diviser les gens et attiser la haine en remettant sur la table des anciens évènements historiques, mais je fais pareil
Je dis que je n’ai pas à donner mon opinion sur un évènement auquel je n’ai pas pu participer, mais je la donne quand même ! »
Alain Soral : l’art et la manière de dire une chose et son contraire

Il n’a aucun respect pour la mémoire des autres : ni pour la mémoire de l’esclavage, ni celle des colonisés assassinés par la France (par son armée ou sa police), ni celle du génocide des juifs tués pendant la Seconde Guerre Mondiale. Les sionistes instrumentalisent le génocide juif et l’antisémitisme pour légitimer la politique criminelle d’Israël, et Soral instrumentalise l’antisionisme pour légitimer l’antisémitisme… sionistes et antisémites se renforcent :

Soral qui fait une "quenelle" au mémorial de la Shoah à Berlin

Pourquoi Alain Soral est-il colonialiste ?

Si la France fait partie des plus grandes puissances économiques du monde, c’est grâce à l’esclavage, la colonisation, le pillage des ressources de l’Afrique et de l’exploitation d’ouvriers sous-payés en Chine ou ailleurs dans le monde.
La France n’a officiellement plus de colonies, pourtant elle continue a être une puissance impérialiste qui possède des bases militaires un peu partout dans ses « anciennes » colonies (ici aussi à La Réunion), intervient militairement partout où cela lui est nécessaire pour protéger ses intérêts (uranium, pétrole, positions stratégiques, etc…), en imposant un impôt colonial et le franc CFA, en soutenant des dictatures ou en finançant des oppositions politiques, etc… : la fameuse « Françafrique » (écoutez Verschave…)

Soral est un digne héritier des colonialistes français lorsqu’il veut défendre la France des « patriotes », puisque la France tire sa puissance du pillage du « tiers-monde ». Son projet, comme tout nationaliste de pays impérialiste, c’est que son pays soit toujours plus puissant, donc toujours plus impérialiste, toujours plus colonisateur.

Il n’hésite pas à récupérer l’image des révolutionnaires anti-impérialistes (Guevara, Chavez, Lumumba, Sankara…) en disant : « voyez ils sont nationalistes, tout comme moi ». Sauf qu’un « nationalisme » comme celui de Thomas Sankara était un nationalisme de libération contre l’impérialisme des pays occidentaux. Le nationalisme de Soral est au contraire un nationalisme de pays oppresseur, impérialiste, colonialiste. Ce type de nationalisme n’a pas pour but de libérer un peuple, mais de le faire marcher droit pour la grandeur d’un pays (ou plutôt d’une classe dirigeante) qui opprime les peuples, et qui doit être fort pour être compétitif face aux autres pays impérialistes.

Quand Alain Soral dit ce que disent tous les autres colonialistes français (comme parler des effets positifs de la colonisation, ou bien demander d’arrêter avec la repentance sur l’histoire coloniale de la France), cela ne fait plus aucun doute : ce sont les intérêts de la France blanche qui comptent pour lui, rien d’autre. Pour lui tout est bon pour redorer l’image de la France, comme de dire par exemple que l’Algérie se portait mieux quand elle était française :

Ce que veulent Alain Soral et les « dissidents » de sa secte son association Égalité et Réconciliation , c’est que les colonisés cessent d’en vouloir à la France, d’en vouloir au pouvoir blanc, et se battent comme les tirailleurs sénégalais de l’armée coloniale qui ont aidés à libérer la France de l’envahisseur. Pour Soral aujourd’hui, cet envahisseur c’est le « lobby sioniste ». Mais si il dénonce le capitalisme financier de Wall Street contrôlé par les « sionistes » (le Mal !), ce n’est que pour mieux nous vendre son capitalisme bien français (et donc par définition forcément bien…?). Capitalisme qui lui permet de s’enrichir grassement grâce à sa boutique en ligne, ses livres, ses vidéos payantes etc… comme un bon et gentil petit patron « gaulois » (tout en profitant des banques des soi-disant « sionistes », mais il n’en est pas à une contradiction près).

Son projet est de libérer la France de ce soi-disant lobby qui contrôle la France. Pour cela il a besoin que les français noirs, arabes et les créoles cessent de revendiquer l’égalité, oublient le passé colonial de la France, et se mettent à chanter la marseillaise avec un drapeau bleu-blanc-rouge dans les mains, en se concentrant sur ce lobby maléfique, pour faire oublier les injustices sociales et racistes.

Pour comprendre les manipulations de Soral, le mieux c’est encore d’écouter ceux qui le connaissent de près. Parfois il s’agit même d’anciens alliés que Alain-le-mégalomane a fini par calomnier et insulter parce-qu’ils ont osés le critiquer, lui et sa Dissidence. Pour se défendre, Soral répondra presque à chaque fois la même chose : ces personnes sont manipulées par les sionistes ou par un autre complot, ou simplement il dira que ce sont des menteurs (ce qu’il est lui).

– Olivier Mukuna, journaliste indépendant belge (voir aussi son témoignage d’une rencontre entre Soral et lui organisée par Dieudo)
– Ahmed Moualek, ancien colistier de Dieudonné sur la « Liste Antisioniste » (sa chaîne Youtube dénonce plusieurs mensonges de Soral)
– Jo Dalton, Black Dragon
– Farida Belghoul, qui milite contre la «  »théorie du genre«  »

« La Dissidence :  tu n’es pas d’accord avec eux = t’es un traître »
Ahmed Moualek

La réponse de Kemi Seba au « Soralgate » (l’affaire révélée par Jo Dalton, sur les propos racistes de Soral)

Quand Jo Dalton demande à Kémi Seba si il « marche toujours avec Soral ? », Kémi Seba répond en gros que les noirs ne doivent pas lutter contre le racisme en France, mais venir vivre en Afrique.
Kemi Seba a raison sur un point : Soral ne fait pas ce qu’il fait pour les noirs et les arabes, mais pour maintenir la domination blanche en France. Kemi oublie par contre que pour que la France continue à être une puissance impérialiste compétitive sur le plan international, elle doit continuer à piller les richesses de l’Afrique, comme elle le fait depuis la traite des noirs. Les ambitions d’un impérialiste européen qui veut que son pays soit parmi les plus puissants du monde ne sont pas compatibles avec les ambitions de celui qui veut libérer l’Afrique de l’exploitation (néo)coloniale.
Le problème de l’Afrique vient des élites blanches du monde occidental. Faut arrêter de prendre les gens pour des cons. Margerie, le patron de TOTAL qui s’est crashé récemment, était un français de souche 100% colon, comme Soral. Chercher une responsabilité autre, c’est détourner les africains d’un vrai ennemi : le pouvoir français blanc (néo)colonialiste et capitaliste.

"Margerie l'africain"

Comment parvenir à l’auto-détermination des peuples africains quand les puissances impérialistes étrangères viennent piller les richesses du continent et mettent tout en œuvre pour maintenir les divisions entre les peuples africains ? Ces puissances impérialistes ne sont pas dirigées par un soi-disant lobby juif (la « communauté organisée apatride »), mais par des élites économiques capitalistes (Kemi les appellent des oligarques, mais c’est un pléonasme, car un système capitaliste est contrôlé par ceux qui possèdent les richesses, c’est un fait) , et ces élites sont blanches (dont une majorité de non-juifs !).

Ceux qui veulent exploiter l’Afrique sont les mêmes qui exploitent l’Europe !
Thomas Sankara

Montre-moi un capitaliste, et je te montrerai un suceur de sang.

Pourquoi Kemi Seba ne comprend-il pas que le pouvoir blanc raciste en France est le même qui exploite l’Afrique ? Croit-il réellement aux histoires de conspiration de lobby qui dirige le monde (stratégie du bouc-émissaire) racontées par Soral ? Le gourou a-t-il donc réussi à lui faire croire que les blancs n’y sont pour rien dans le néo-colonialisme et les guerres impérialistes ? Ou s’agit-il simplement d’un calcul politique pour éviter de s’en prendre directement à la « dissidence », qui l’aide à diffuser ses messages en France ?

Comment peut-on se dire panafricain et dire à ses frères africains (noirs et arabes) en Europe et aux USA d’accepter de se faire marcher sur les pieds, de se laisser insulter et cracher dessus par les racistes ?
Malcolm X disait-il vraiment qu’il faut tendre l’autre joue, sous prétexte qu’on est dans le pays des blancs ?

Jo Dalton et tous les noirs africains, arabes, martiniquais, guadeloupéens, guyanais, réunionnais, qui refusent d’être humiliés, ont raison de s’en prendre au pouvoir raciste blanc, qui peut avoir de multiples visages…

antifachos
Solidarité des peuples contre les impérialistes et leurs valets !

Solidarité avec la lutte palestinienne contre l’État sioniste !

Excuses et réparations de la France pour l’esclavage et la colonisation !

Ti Kréol

 

Source

 

D’autres textes l’imposture soralienne:

 

Pourquoi je soutiens Alain Soral

Soral, le petit soldat de l’« empire »

Ce contenu a été publié dans Actualités, Archives. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.