Justice

Ceci est le testament d’un enfant, martyr palestinien

arton352

L’Humanité doit impérativement renverser le régime politique criminel israélien, moins pour me rendre justice que pour préserver ce qui subsiste de son humanité.

Ainsi, il était écrit que les dirigeants racistes et criminels de L’Etat d’Israël pouvaient, à l’occasion des fêtes de fin d’années juive, chrétienne et musulmane de ce début du 21ème siècle, organiser en direct pour toute l’humanité un «spectacle gladiateur» dans «l’arène de Gaza» au prix «modeste» d’un véritable génocide sur les populations civiles de mon peuple notamment des centaines d’enfants dont je fais partie.

Ainsi, il était autorisé que «l’irremplaçable homme d’Etat » criminel de guerre en exercice, OLMERT, renvoyé pour de simples turpitudes financières, pouvait s’offrir, sans risque cette fois-ci de poursuites judiciaires, aux frais du contribuable israélien, américain et surtout saoudien, une dernière partie « de chasse » à Gaza.

Ainsi, il était décrété que des dirigeants arabes, Moubarak, l’indigne successeur de Nasser, le « hachémite » Abdallah, l’usurpateur du titre « d’héritier » du prophète, et le Saoud ABDALLAH l’indigne « gardien des lieux saints », pouvaient participer activement, « à leur insu de leur plein grès », aux préparatifs « du spectacle » et même le financer.

Ainsi, il était permis aux médias « libres », chiens de garde en pays des droits de l’homme, qui, après avoir fait allégeance à tous les régimes en place, y compris celui du « très patriotique héros » Maréchal Pétain, et même soutenu l’occupation de leur propre pays par l’armée fasciste allemande, d’assurer gratuitement la publicité au « spectacle », et de tenter de justifier par leur plume servile trempée dans l’encrier plein de sang palestinien, « la riposte » de plusieurs « Ouradour sur Gaza » dont je suis l’une des nombreuses victimes.

Ainsi, il était du devoir des « intellectuels de palais et de salon », ces « nouveaux propagandistes » appelés anciennement « les nouveaux philosophes », devenus psychopathes en mal de causes à défendre, de réclamer davantage de sang, le massacre de centaines d’enfants palestiniens, déchiquetés collectivement en même temps que les corps de nos parents, était jugé à peine « excessif » mais pas encore « orgasmo-jouissif ».

Ainsi, il était légal, que l’organisation communautariste sioniste le CRIF puisse soutenir et approuver, sans nuance ni ambiguïté, le génocide commis par la bande criminelle au pouvoir en Israël, sans encourir de poursuites judiciaires pour association de malfaiteur avec une entreprise terroriste; Gageons qu’à son prochain dîner annuel, il servira à ses invités de marque « cannibales » la tendre chair à bon marché de bébés palestiniens.

Ainsi, il était « républicain » que le Cheikh « diabolique » Mohamed MOUSSAOUI, « recommandé » par le CRIF pour représenter les musulmans auprès des pouvoirs publics, pouvait inviter, ses coreligionnaires à assister « sagement » au spectacle » sans la moindre manifestation pacifique « ostentatoire » pour ne pas gâcher la « fête » en France.

Ainsi, il était normal que la procureur de la Cour Pénale Internationale, soit autorisée par ses employeurs « les puissances du moment» à prendre quelques jours de congé pour assister aux « grandioses feux d’artifice » de Gaza, avant de reprendre d’urgence, vêtu de sa toge pleine de mon sang, sa mission pour instruire le procès du Président Soudanais Omar EL BACHIR.

Ainsi, il était déjà prévu que le prochain lauréat prix Nobel de la paix, qui sera nécessairement le Tsahal pour sa « bravoure », recevra sa distinction sur ma tombe, au cimetière géant de Gaza, des mains mêmes du « pacifiste » et prix Nobel de la Paix, Shimon PERES, en la présence exceptionnelle des héritiers du savant NOBEL et de la Reine de Suède.

L’Histoire jugera…

Mais au-delà de l’émotion légitime suscitée par tant de sang versé par mon peuple martyrisé, je vous invite à prendre du recul pour analyser objectivement les leçons de ces graves événements et leurs éventuelles suites….

L’ultime choix pour l’Humanité: renverser le régime politique sioniste en Israël

La singularité de l’Etat d’Israël est notoire.

Il ne s’agit pas pour moi, dans le cadre d’un testament, de procéder à une étude historique, laquelle a déjà été largement initiée notamment par les nouveaux historiens israéliens, dont il faut saluer le courage et l’honnêteté.

Il s’agit d’apprécier, en nous référant à la simple logique de l’Histoire obéissant, lorsque le crime atteint son paroxysme, à la nécessaire préservation de notre commune humanité la plus élémentaire, quelle voie les dirigeants israéliens auraient pu suivre pour la paix de leur peuple et de ceux du Proche Orient et quel autre chemin ils ont emprunté sans en mesurer l’issue.

L’Etat d’Israël a la singularité d’être le seul Etat au monde a avoir été crée légalement par une résolution de l’ONU, imposée par les puissances alliées au prix d’une injustice commise au détriment de mon peuple.

Au fil du temps, L’Etat d’Israël a acquis une incroyable puissance militaire et un inconditionnel soutien moral s’apparentant à une garantie d’impunité totale, ce qui le mettait définitivement à l’abri de toute velléité des Etats arabes, d’autant que ces derniers, divisés et corrompus, n’avaient aucune raison de le menacer et étaient devenus mêmes ses alliés.

Quant à mon peuple, il s’était résigné à se contenter de demander la restitution d’un morceau de ses terres pour vivre libre et en paix.

Il ne dépendait alors que des dirigeants israéliens de parvenir à un compromis, paix contre les territoires, et de conclure, dans le cadre de ces accords, des partenariats économique, culturel et touristique…. avec mon pays et les pays arabes, de manière à banaliser la présence de leur Etat dans la région et surtout à susciter l’authentique et sincère reconnaissance par les peuples arabes (et non seulement leurs dirigeants).

Israël aurait même pu exiger des monarchies du Golf un véritable soutien financier, sur une longue période, que celles-ci n’auraient en tout état de cause pas pu lui refuser.

L’on aurait eu la paix et la prospérité…

Ainsi, l’Etat d’Israël aurait pu accéder à la véritable et authentique légitimité historique qui aurait garanti définitivement son existence aux yeux des Hommes et de Dieu.

Il aurait été définitivement inséré dans la marche de l’Histoire du monde.

Mais les gouvernements israéliens successifs, avec l’appui de lobbys sionistes, ont choisi une autre voie.

Conscients de l’impunité juridique et morale que leur procure le souvenir de l’holocauste, ils ont cru pouvoir réaliser le Grand ISRAEL, en martyrisant et en affamant mon peuple, tout en semant le désordre et la désolation dans la région.

Obnubulés et aveuglés par leur puissances militaire, financière et diplomatique, les dirigeants israeliens croyaient pouvoir imposer leur dictat à mon peuple dont ils faisaient peu de cas de son esprit de résistance et de son inébranlable foi en la justesse de sa cause.

L’on ne compte plus le nombre de massacres perpétrés sur notre population civile abandonnée à elle-même par l’ensemble de l’humanité.

L’on ne compte plus le nombre de guerres planifiées pour terroriser, par-delà la Palestine, les peuples de la région.

Pourquoi prendre de scrupules lorsque l’on bénéficie de l’appui total et inconditionnel de la première puissance mondiale dont on dirige même la politique étrangère.

Mais les questions qui viennent alors à l’esprit d’un enfant, même dépourvu encore de discernement: la puissance matérielle est-elle éternelle ? Cette violence inhumaine et illégale, pratiquée systématiquement sur une longue période, en guise de relations entre les peuples et les Etats, est-elle supportable éternellement pour l’humanité?

Les massacres de Gaza, dont je suis l’une des centaines de victimes, par leur nature, leurs mobiles, la méthodes employées et par les victimes visées, constituent non seulement une agression génocidaire sur mon peuple mais une offense abjecte à notre commune humanité.

Les dirigeants israéliens, en osant aller jusqu’à banaliser la pratique systématique du génocide sur des populations civiles, notamment les enfants comme moi, mettent l’humanité devant le choix : soit punir sévèrement l’innommable forfait perpétré de sang froid et avec préméditation, et renverser le régime politique criminel israélien ou sombrer dans l’état de bestialité qui rendrait impossible toute vie humaine et sociale sur la planète.

Militairement, les adversaires de l’Amérique ne remercieront jamais assez les sionistes d’avoir saigné moralement, humainement et économiquement les USA dont ils ont précipité la chute, laquelle est en tout état de cause le destin naturel de tout empire.

Que deviendra le régime sioniste, même armé de ses bombes nucléaires, à la chute de l’empire américain, surtout si les citoyens de ce pays devaient demander aux sionistes qu’ont-ils fait de leur pays?

Légalement, le régime sioniste israélien ne peut plus prétendre à la légitimité légale initiale ayant crée leur Etat alors que lui-même il croit pouvoir piétiner toutes les résolutions de l’ONU et de la justice internationale ?

Il n’ y a que les dirigeants israéliens et ses lobbys sionistes qui croient, dur comme fer, que le régime sioniste puisse puiser en permanence son unique légitimité dans l’intimidation, la force, le sang, la violence, bref la barbarie.

L’existence de ce régime politique, dans sa forme criminogène actuelle, constitue dès lors, chaque jour qui passe, un défi à la simple humanité des Hommes, à la marche logique de l’Histoire et à l’omnipotence de Dieu transcendant.

C’est pourquoi, j’ai la ferme conviction que le régime sioniste d’Israël est condamné à disparaître, non pas sous les coups de boutoir de mon inoffensif peuple, mais rongé de l’intérieur par ses propres démons.

Aucun régime politique ne peut survivre longtemps à ses crimes lorsque sa raison d’être est réduite à l’effusion de sang des innocents pour tenter de coloniser des peuples ou asservir des hommes que dieu a crée libre et égaux.

Cette règle est rapportée tant dans des livres d’Histoire que dans les textes sacrés des trois nobles religions monothéistes.

LE CHAOS AU PROCHE ORIENT :

La disparition du régime sioniste n’entraînera pas, bien au contraire, la paix entre « frères arabes ».

D’une part, certains dictateurs arabes ont fait subir trop d’humiliation à leurs peuples pour qu’ils puissent survivre à leur allié et protecteur.

D’autant que les expériences de résistance du HEZBOLLAH et du HAMAS, face à la puissance militaire foudroyante Israëlo-américaine, prouvent que le régime de SADDAM HUSSEIN s’est écroulé non en raison de la disparité au sein des armées en présence, mais parce que honni de son peuple, il ne bénéficiait d’aucune assise populaire prête à le défendre.

C’est pourquoi, les autres régimes arabes ne survivront pas, à l’instar du régime sioniste, à la chute des USA.

Mais les dictateurs arabes, ayant détruit moralement, matériellement, et culturellement leurs pays, laisseront derrière eux, faute d’une possible relève démocratique, un véritable chaos apocalyptique digne des prévisions de la fin des temps.

Seuls quelques Etats, soit pauvres ou exemptes de toute compromission avec l’axe israélo américain comme le Yémen, le Liban et la Syrie, auraient paradoxalement la chance de s’en tirer.

De plus, outre les conflits géostratégiques liés à la maîtrise du pétrole et du gaz, nous pouvons formuler les mêmes réflexions sur les monarchies du Golf, notamment la Monarchie Saoud, que celles faites précédemment sur le régime politique sioniste.

La monarchie saoudienne a la singularité d’être le seul pays au monde à être la propriété privée (terres, peuple…) d’une seule famille : la famille SAOUD.

Elle ne connaît ni la notion de citoyenneté ni de comptabilité publique.

Cette famille bénéficie d’un soutien inconditionnel de la puissance américaine, avec cette spécificité par rapport au régime sioniste, qu’elle est protégée contre son propre peuple et non contre des ennemis extérieurs.

Cette monarchie, pour sa pérennité, a également fait de ses nombreux « sujets » de véritables schizophrènes.

RELIGIEUSEMENT, la wahhabisme saoudien divise l’humanité en deux parties :

– Les « fidèles musulmans » tous bien sur « frères », faisant abstraction de la diversité culturelle, ethnique, politique…de la « l’OUMMA » musulmane.

– Les « infidèles » non musulmans qui sont des ennemis éternels qu’il faut combattre jusqu’à la fin des temps.

Mais POLITIQUEMENT, la même famille ne peut prendre la moindre décision sans s’en référer à « l’infidèle » de la puissante administration américain.

La pérennité d’une telle monarchie constitue également un défi tant à la marche de l’Histoire qu’au dessein de Dieu.

Arrivera un jour où les princes SAOUD seront chassés d’Arabie et ne trouveront nulle contrée acceptant leur demande d’asile, pour avoir financé tant de guerres illégitimes et propagé la haine parmi les Hommes.

Une dernière recommandation : De puissants et sinistres groupes idéologiques, se réclamant des trois religions monothéistes, (les néo conservateurs évangélistes américains, les lobbys sionistes, les princes Saoud Wahabistes) ont transformé notre très chère terre patrie en un véritable enfer où leurs intérêts justifient tous les moyens.

Des peuples plus que jamais appauvris moralement, intellectuellement et surtout économiquement, pourraient être tentés de s’en prendre simultanément ou successivement à des minorités ethniques ou religieuses.

En ce qui me concerne, si l’Humanité a l’impératif devoir de faire juger, moins pour me rendre justice que pour préserver ce qui subsiste de son humanité, les dirigeants criminels israéliens pour leurs différents et nombreux crimes, ce serait me tuer moralement une seconde fois que de s’en prendre, sous prétexte de mon martyre, à mon frère juif pour ce qu’il est.

Gloire au peuple palestinien

Gloire à ses martyres

« A dieu nous appartenons, à lui nous retournerons »

Bahloul

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.