Anti-sionisme

65 ans après, la création de l’Etat d’Israël demeure parfaitement illégale !

arton1833

La Création d’Israël est légale car c‘est une décision de l’ONU » est une des stupidités les plus prégnantes en même temps qu’une escroquerie manifeste justifiant la mise à mort de la Palestine arabe en 1948.

En effet si la création d’Israël est une réalité,avant tout militaire d’ailleurs, pour les peuples qui la subissent, palestinien, syrien, libanais etc. elle n’est ni légale ni légitime. L’ONU le 29 novembre 47 puis le 15 mai 1948 a entériné un acte de brigandage international comparable à la conquête de l’Algérie en 1830. Cette création est une entreprise violente qui a anéanti la société d’un peuple pacifique et hospitalier, trop peut être. Elle n’est pas légale car :

1) Israël ne peut pas avoir été créé par une décision de l’ONU car contrairement à ce que pensent beaucoup l’ONU n’a jamais eu dans ses prérogatives de créer ou de défaire un quelconque État. Israël a été créé par la violence des sionistes, mais reconnue et encouragée par l’organisation internationale. De façon cynique, dans le texte de la résolution 181 du 29 novembre 1947 portant partage de la Palestine, elle déclare exactement : « l’ONU invite les habitants de la Palestine à prendre toutes les mesures qui pourraient être nécessaires de leur part, en vue d’assurer l’application de ce plan ». Il s’agit tout simplement d’un appel du pied à la guerre contre les indigènes palestiniens. Étant donné la supériorité militaire sioniste avérée mise en place par Churchill lui-même en tant que ministre des colonies dés 1921 et encouragée pendant tout le mandat, il s’agissait ni plus ni moins que d’une invitation pour les milices sionistes à passer à l’acte. Ce fut un message codé à destination de la Haganah de Ben Gourion, de l’Irgoun de Begin et des autres groupes Stern de Shamir pour qu’ils réalisent sur le terrain leur projet de nettoyage ethnique dans la mesure où l’Onu n’avait pas la possibilité légale de bafouer aussi ouvertement sa propre charte.

2) L’ONU a participé au démembrement d’un Etat reconnu en droit international, la Palestine mandataire. Un Etat mandataire sous tutelle donc mais Etat tout de même, possédant sa monnaie, la livre palestinienne, sa police, ses administrations, ses équipes sportives reconnues internationalement. Les Britanniques devaient se retirer de Palestine dés 1940,conformément au texte de règlement des mandats ce qui fut impossible pour cause de seconde guerre mondiale. Dés lors la Palestine était appelée à vivre sa vie en toute indépendance au moins dés la fin de la guerre en 1945. Il était parfaitement illégal de détruire cet Etat sans l’accord de sa population majoritaire.

3) L’ONU peut seulement faire des propositions aux Etats qui en sont déjà membres. C’est pourquoi la « décision » de partage de la Palestine en novembre 1947 est intitulée « proposition »de partage. D’autre part, elle est partiale donc illégale. En effet, elle n’aurait engagé les Palestiniens que dans la mesure où ils auraient été consultés sur la question et que leur décision aurait été prise en compte. Un référendum d’autodétermination aurait dû être organisé à la fin de la guerre,ce qui bien sûr fut constamment rejeté par les sionistes et les puissances européennes par crainte de voir l’application de la démocratie valider la position arabe.

A la différence des populations majoritaires de Tchécoslovaquie et de Yougoslavie, qui en phase avec la SDN furent consultées lorsque ces pays furent créés, après la première guerre mondiale.

4) L’ONU, un organisme qui normalement a dans ses prérogatives de préserver la paix, par sa décision cynique de novembre 47,a plongé toute la région dans une guerre de mille ans. En favorisant le militarisme israélien il a favorisé en retour la naissance de castes militaires au Moyen-Orient justifiées par la nécessité de se défendre « contre l’ennemi sioniste ». Une militarisation qui en fait n’a que très peu contribué à libérer la Palestine mais a surtout permis de confisquer les libertés démocratiques. Cette menace contre la paix est pourtant sévèrement condamnée par les propres règlements de…l’ONU, et justifie même habituellement une intervention du comité militaire des Nations unies.

5) Enfin, comment comprendre que le plan de partage de l’ONU décidé par une assemblée générale de 50 membres en novembre1947 ait une valeur contraignante alors que tout le monde sait que ce n’est le cas que des seules décisions du Conseil de sécurité.

L’ONU est une organisation à adhésion volontaire qui d’ailleurs a repris de façon abusive les décisions de la SDN sur la question de Palestine ( les accords Sykes Picot de 1916, la déclaration Balfour de 1917 tout en ignorant l’accord Hussein Mac Mahon de 1915 sur la création d’un vaste Etat arabe sous égide du Shérif hachémite de la Mecque) mais nul pays n’est tenu d’y entrer. Les Palestiniens dont personne ne peut contester qu’ils furent en continu les habitants de ce pays depuis des temps immémoriaux,sont les seuls à détenir la souveraineté sur cette terre; ce sont les seuls qui peuvent à condition de renoncer à cette souveraineté, accorder la légitimité d’exister à une quelconque entité étatique. Or à juste titre ils ne l’ont jamais fait pour Israël. C’est pourquoi la création d’Israël est illégale et le demeure depuis 65 ans. Aucun fait de violence ne peut entériner légalement cette dépossession, quel que soit le temps écoulé, l’Etat d’Israël est illégal. Les Palestiniens n’ont qu’une patrie, la Palestine.

 

Youssef Boussoumah, membre du PIR

Ce contenu a été publié dans Actualités, Actus PIR, Archives, Youssef Boussoumah. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.