1 000 militants de la cause noire, universitaires et artistes signent une déclaration de soutien à la liberté et à l’égalité pour les Palestiniens

Boots Riley of American hip hop band "The Coup" performs during the "Rock al Parque" music festival in Bogota, Colombia August 16, 2015. About 420,000 people are expected to attend the free three-day festival in Bogota, according to a festival official. REUTERS/John Vizcaino - RTX1OG57

La déclaration appelle au Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS) contre G4S et d’autres sociétés qui profitent de l’occupation et de l’apartheid israélien.

Plus de 1 000 militants de la cause noire, artistes, universitaires, étudiants et organisations ont publié une déclaration qui réaffirme leur « solidarité avec la lutte des Palestiniens et leur engagement pour la libération de la terre et du peuple de Palestine ». Sur la liste des signataires figurent des militants universitaires tels qu’Angela Davis et Cornel West, des prisonniers politiques tels Mumia Abu-Jamal et Soundiata Acoli, les rappeurs Talib Kweli, Boots Riley et Jasiri X et Patrisse Cullors, co-fondateur de Les Vies Noires Comptent. 40 organisations ont signé, dont les Défenseurs du Rêve de Floride et Hauts les Mains Unis et Tribu X de St Louis, organisations fondées à la suite des meurtres de Trayvon Martin et de Mike Brown, respectivement, de même que l’Organisation pour la Lutte Noire de St Louis qui existe depuis 35 ans.

La déclaration est apparue mardi après midi sur le site de Ebony, la principale publication noire des USA.

« Nous incitons les gens de conscience à reconnaître la lutte pour la libération de la Palestine comme un élément clef de notre temps » énonce la déclaration. Elle appelle aussi le gouvernement américain à mettre fin à l’aide diplomatique et économique à Israël, les institutions noires et américaines à soutenir l’appel palestinien au Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël jusqu’à ce qu’il se plie à ses obligations en vertu du droit international et elle appelle ceux qui soutiennent la libération Noire et celle de la Palestine à cibler la société privée de sécurité G4S pour le boycott et le désinvestissement.

Au cours des15 derniers mois, la Fondation Melinda et Bill Gates, l’Église Méthodiste Unie, et l’Université Columbia ont toutes désinvesti de G4S à la suite de pressions de militants Noirs et Palestiniens pour les droits humains.

« G4S fait souffrir des milliers de prisonniers politiques palestiniens détenus en toute illégalité en Israël et des centaines de jeunes noirs et bruns dans ses prisons privées pour mineurs aux États Unis » selon la déclaration. « Cette corporation profite de l’incarcération et de la déportation des USA et de Palestine vers le Royaume Uni, l’Afrique du Sud et l’Australie. Nous rejetons les notions de « sécurité » qui mettent chacun de nos groupes en insécurité et nous insistons sur le fait que personne ne sera libre tant que nous ne le serons pas tous ».

La déclaration établit un pont entre la génération actuelle des militants de la cause noire et ceux qui ont participé aux mouvements des années 1960 et 70. D’autres signataires sont par exemple Emory Douglas, ministre de la culture du Parti des Panthères Noires, Phil Hutchings, ancien président du SNCC (comité de coordination étudiant non violent), aussi bien que Kwame Somburu et que le professeur émérite Charles E. Simmons. Hutchings, Somburu et Simmons étaient tous signataires d’une déclaration de 1970 dans le New York Times de militants de la cause noire et d’universitaires en soutien à la lutte des Palestiniens contre le sionisme et l’occupation.

Pus de 330 étudiants en cours d’études ont signé, dont des Unions d’Étudiants Noirs ou d’Étudiants Afrikains de Columbia, de Berkeley, de Yale et le Comité exécutif de la NAACP (Association Nationale pour l’Avancement des Gens de Couleur) de Stanford. 150 universitaires et 220 artistes ont également signé la déclaration. Des gens de 25 pays différents, de 37 États des USA et du District de Columbia ont signé. Dix prisonniers politiques ont signé la déclaration, dont Mumia Abu-Jamal, Soundiata Acoli, Kevin « Rachid » Johnson, Ayyoub Abdoul-Alim et Shaylanna Luvme.

La déclaration intervient dans le contexte d’une année d’expressions fortes de solidarité entre Noirs et Palestiniens, commencée l’été dernier lorsque, simultanément Israël a assassiné 2 200 personnes à Gaza et que Ferguson, dans le Missouri, s’est soulevé, suite au meurtre de Mike Brown par la police.

Depuis août dernier, une délégation d’étudiants palestiniens a rendu visite à des responsables d’organisations noires de St Louis, de Détroit et de Floride, entre autres destinations. Le groupe de Floride Défenseurs du Rêve a voté pour l’approbation unanime du mouvement BDS lors de son congrès de décembre, juste quelques semaines avant d’envoyer une délégation de militants de Floride, de Ferguson et de Les Vies Noires Comptent en Palestine.

« Nous sommes à un moment crucial dans la lutte mondiale conte le racisme, dans laquelle les luttes des Noirs et des Palestiniens jouent un rôle crucial » dit Kristian Davis Bailey, coorganisateur de la déclaration. « Nous entendons envoyer un message fort et clair aux Palestiniens, ainsi qu’aux gouvernements des États Unis et d’Israël pour dire qu’est venu le temps de la libération de la Palestine, tout comme est venu le temps de la nôtre aux États Unis ».

Khoury Petersen-Smith, coorganisateur de la déclaration a dit que la justice pour les Palestiniens ne se limite pas à l’arrêt de l’occupation de la Cisjordanie et de la bande de Gaza.

« La fondation de l’État d’Israël s’est faite par le nettoyage ethnique de la Palestine et depuis, chaque jour a été porteur d’oppression et de violence envers la population palestinienne, aussi bien à l’intérieur des frontières reconnues d’Israël qu’à l’extérieur », a dit Petersen-Smith. « Quoiqu’il y ait des différences entre Israël et les USA, nous voyons un parallèle avec un pays qui s’est fondé sur l’esclavage des Noirs et où le racisme contre les Noirs reste au cœur de la société US des siècles plus tard ».

Bailey a dit son espoir que la déclaration soit largement connue dans la société palestinienne et qu’elle encourage une interaction plus constante entre les deux mouvements : « Le temps est venu de rééduquer nos communautés sur les luttes d’autres groupes. Le temps est venu de nous unir à travers les frontières. Ensemble, nous réaliserons notre libération ».

Déclaration de solidarité des Noirs avec la Palestine – Été 2015

 

Pour plus d’information et la liste complète des signataires : www.blackforpalestine.com La déclaration peut aussi être lue sur Facebook et Twitter.

 

Traduction SF pour l’AURDIP

 

ra

Ce contenu a été publié dans Actualités, Archives. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.